Pourquoi la France a-t-elle rallumé ses centrales à charbon ?

Pourquoi la France a-t-elle rallumé ses centrales à charbon ?

ENERGIE - Plusieurs centrales à charbon ont repris du service pour assurer la production d'électricité en France depuis le mois de septembre. Mais pour quelles raisons ? Nous avons mené l'enquête.

L'Hexagone a arrêté en juin dernier la centrale de Fessenheim pour des raisons de vétusté, mais aussi parce que notre pays s'est engagé à baisser sa part de nucléaire. Et paradoxe, ce sont des centrales à charbon qui ont repris du service pour assurer la production. Un paradoxe écologique qui n'est pas une première depuis le début de l'automne.

La centrale à charbon de Saint-Avold vient d'être activée à la demande de RTE, le gestionnaire du transport de l'électricité en France. Et depuis septembre, elle a fonctionné une vingtaine de jours, un record. Deux explications pour EDF : 22 réacteurs nucléaires sont en maintenance sur 56, mais aussi un manque de vent sur l'Europe qui a provoqué l'arrêt des éoliennes. Enfin, pour les syndicats, la fermeture de Fessenheim explique aussi ce recours aux centrales à charbon. Seule parade : réactiver les centrales à charbon, une énergie polluante, mais disponible et rapide à remettre en route.

Toute l'info sur

LE WE 20H

Le gouvernement maintient l'échéance de 2022 pour fermer toutes les centrales à charbon

Lire aussi

Faire fonctionner des centrales à charbon a des conséquences environnementales mais également sanitaires. Alors peut-on s'en passer ? Pour la ministre de l'Écologie, la question ne mérite pas de débat et la fermeture des centrales à charbon , promise par l'exécutif, aura lieu comme prévu en 2022. Pourtant, un centre EDF qui gère la production d'électricité dans tout le pays reconnaît l'utilité des centrales à charbon. D'abord, parce qu'elles démarrent en moins de huit heures en cas de pénurie. Et puis dans certains cas, comme à Cordemais qui fournit du courant dans toute la Bretagne, il y a aujourd'hui très peu d'alternatives.

EDF devrait alors prendre en compte des décisions politiques fermant les centrales et continuer à alimenter le réseau. Le pays attend toujours de nouvelles sources d'énergie. Les chantiers de l'éolien en mer et le réacteur nucléaire nouvelle génération de Flamanville ont pris beaucoup de retard. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Crise des sous-marins : Paris annule une réunion entre les ministres de la Défense français et anglais

Afghanistan : le groupe État islamique revendique deux attaques à la bombe contre les talibans

Emmanuel Macron a-t-il "dépensé entre 5 et 7 milliards d'euros en quinze jours" ?

Avant les sous-marins australiens, le cas des F-35 américains préférés aux Rafale par la Suisse

"Cet épisode va laisser des traces" : après la crise des sous-marins, la France peut-elle quitter l'Otan ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.