Réchauffement climatique : déjà des morts et des retards de développement chez les enfants

Planète
ALARMANT- Le rapport d'une université australienne sur le changement climatique dresse un constat alarmant pour les générations futures. Le changement climatique serait déjà entrain de tuer, et des retards de développement sont constatés chez les enfants. Des phénomènes qui devraient s'accentuer au fil du temps.

Un rapport de l’université de Monash à Melbourne qui rassemble des dizaines de recherches scientifiques fait le point sur des répercussions de l’urgence climatique sur la santé. Si l'étude se concentre géographiquement en Australie et dans la zone pacifique, les prévisions ne sont pas incompatibles avec le reste du monde. Les conclusions présentent un avenir bien sombre pour les prochaines générations.


Le document fait référence à plusieurs autres études, dont un rapport de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) datant de 2018. Les recherches prédisent qu’entre 2030 et 2050, le réchauffement causerait 250.000 décès supplémentaires chaque année à cause de la chaleur, la malnutrition ou les maladies. Selon Misha Coleman, un des auteurs du rapport de l'université, des décès dus au changement climatique sont déjà intervenus. "Quel est l’avenir de nos enfants?", s'interroge-t-elle.

Maladies, malnutrition et retards de croissance

Une autre étude publiée par la prestigieuse revue Nature prédit que d’ici 2100, 75% de la population planétaire sera exposée à des vagues de chaleur meurtrières. Les événements climatiques extrêmes pourraient être précurseurs  de maladies dangereuses. La hausse des températures, par exemple, devrait favoriser l’expansion des moustiques et exposer la population à des maladies comme la dengue ou le chikungunya.

Le climat a un impact sur le développement des enfants et notamment sur leurs capacités cognitives. Une étude sur des enfants nés de mères enceintes pendant les crues de Brisbane en 2011 montre que la capacité cognitive, le vocabulaire et l'imagination sont moins élevés que la norme. D'ici 10 à 20 ans, la diminution de la valeur nutritionnelle des cultures de base en raison de la concentration plus élevée de CO2 devrait également causer du retard de croissance, de l’anémie et de la malnutrition chez les enfants. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter