Des collectivités pressent Total d'agir plus pour le climat, sous peine de l'attaquer en justice

Planète
ENVIRONNEMENT - Quatorze collectivités ont pressé le groupe pétrolier Total d'agir pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C. Elles menacent sinon de l'attaquer en justice.

Arcueil, Bayonne, Bègles, Bize-Minervois, Champneuville, Correns, Est-Ensemble Grand Paris, Grande-Synthe, Grenoble, La Possession, Mouans-Sartoux, Nanterre, Sevran et Vitry-le-François sont les quatorze collectivités qui ont mettent en demeure le pétrolier Total de lutter plus activement contre le réchauffements climatique. Elles sont soutenues par les associations Notre Affaire à Tous, Les Eco Maires , Sherpa et ZEA.


En octobre, 13 d'entre elles avaient déjà interpellé l'entreprise, faisant valoir que leurs territoires souffraient du réchauffement climatique. Elles demandaient à la multinationale française de présenter un plan de vigilance qui prenne en compte "la réalité des impacts de (ses) activités et les risques d'atteintes grave au système climatique qu'elles induisent". Depuis 2017, la loi française oblige les multinationales françaises à établir un tel plan chez leurs sous-traitants ou fournisseurs à l'étranger.

Huit mois plus tard, ces collectivités constatent que Total a publié en mars 2019 un plan de vigilance, mais elles estiment que "les mesures annoncées sont clairement insuffisantes, en-deçà des efforts nécessaires au respect des objectifs internationaux reconnus par l'Accord de Paris" conclu en 2015 pour limiter l'élévation de la température moyenne de la planète bien en dessous de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels, voire à 1,5°C.


Dans la mise en demeure que les collectivités doivent déposer ce mercredi 19 juin, elles demandent à Total, qui fait selon elles partie des 25 multinationales les plus polluantes de la planète, de publier un nouveau plan de vigilance.

Total "ouvert au dialogue"

Dans un communiqué, le PDG de Total a affirmé que le groupe pétrolier était "ouvert au dialogue" en vue "d'engager des initiatives concrètes avec les collectivités locales qui le souhaitent". Selon lui, Total intègre dans sa stratégie le changement climatique, en "développant notamment dans le gaz naturel et l'électricité bas carbone, de façon à contribuer positivement à la mise en oeuvre de l'Accord de Paris".


Les collectivités laissent trois mois à Total pour présenter des mesures "de réduction de gaz à effet de serre adéquates, les collectivités qui le souhaiteront ainsi que les associations les accompagnant pourront assigner la multinationale française en justice pour qu'il lui soit enjoint, le cas échéant sous astreinte, de réduire ses gaz à effet de serre et de se mettre en conformité avec la loi et l'Accord de Paris", ont précisé les collectivités et associations dans un communiqué.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter