Réchauffement climatique : l'Allemagne réduit le prix de certains billets de train, qu'en est-il France ?

Photo d'illustration.
Planète

MESURES - Pour inciter les voyageurs à emprunter les transports ferroviaires plutôt que l'avion, le gouvernement allemand a acté une diminution du prix de certains billets de train. LCI a voulu savoir si la France et la SCNF nourrissaient de telles ambitions.

Depuis le début du mois de janvier, les Allemands paient moins cher les trajets effectués en train sur une distance de plus de 50 kilomètres. Commercialisés par la Deutsche Bahn, l’équivalent de la SNCF outre-Rhin, ils ont vu leurs tarifs diminuer de 10% grâce à un abaissement de la TVA de 17% à 9 %. Une conséquence du plan climat adopté le 20 décembre 2019 par le Parlement allemand, qui vise à réduire de 55% les émissions de gaz à effet de serre de l'Allemagne d'ici à 2030 par rapport à leur niveau en 1990.

Le train plutôt que l'avion

Dans le cadre de ce même plan climat, un projet de loi a été voté, prévoyant une hausse de 74 % des taxes sur les billets d'avion pour les vols domestiques et à l'intérieur de l'Europe, et de 41 % pour les long-courriers. La mesure devrait entrer en vigueur en avril prochain. Grâce à ces décisions, le gouvernement espère inciter les Allemands à privilégier le train par rapport à l'avion. 

Un objectif de taille compte tenu des conclusions d'une étude publiée en septembre dernier par l’International Council on Clean Transportation (ICCT). L’organisation indépendante à l’origine de la révélation du "dieselgate" avait révélé que les rejets de gaz à effet de serre des vols court-courrier (moins de 1500 km) étaient aussi importants que ceux des moyen-courriers (1500 à 4000 km) et des long-courriers (plus de 4000 km). Les vols de moins de 500 km, eux, émettent près de deux fois plus de CO2 que les vols plus longs.

Lire aussi

En parallèle, la Deutsche Bahn va également diminuer le tarif de certains services comme le transport de vélos ou la réservation de sièges et investir, dans les années à venir, 12 milliards d'euros dans la mise en service de nouvelles rames. Elle espère ainsi voir 5 millions de passagers en plus voyager à bord de ses trains lors de l'année à venir.

Une TVA fixée à 10% en France

Le gouvernement français, lui, a pour l'instant pris le chemin inverse. En 2012, le taux de TVA applicable aux billets de train est passé est passé de 5,5% à 7%, puis de 7% à 10% en 2014 pour financer le CICE, crédit d’impôt aux entreprises. 

Contacté par LCI, un porte-parole de la SNCF assure de son côté que ses tarifs ont diminué de 6% en 5 ans sur les lignes à grande vitesse, alors que l'offre générale de transports a augmenté. "Nous avons ouvert une ligne à grande vitesse vers Bordeaux, modernisé les TGV, tandis que OuiGo couvre maintenant toute la France." Grâce à ces trains low-cost lancés en 2013, la société estime avoir touché un nouveau public. "Cela plaît beaucoup aux familles et aux jeunes. Nous allons, grâce à cela, chercher la population qui prenait habituellement la voiture, pour l'amener à la grande vitesse ferroviaire", affirme notre interlocuteur. En 2019, environ 17 millions de voyageurs ont emprunté ce type de trains.

Les ambitions zéro émission et zéro déchet de la SNCF

Dans un communiqué de presse publié le  25 juin dernier, la SNCF annonçait d'autre part son ambition de sortir du diesel d’ici 2035 et de neutraliser ses émissions de gaz à effet de serre et de particules fines d'ici 2050. Le groupe ferroviaire va ainsi multiplier les essais de nouveaux matériels, moins gourmands en énergie, moins polluants et même recyclables. Dès 2020, il devrait mettre à l'essai des trains hybrides qui permettront une réduction de 20% de la consommation d'énergie et des émissions polluantes. Ces "TGV du futur" devraient d'autre part être "à 99% recyclables", affirmait lors d'une conférence de presse Sophie Chambon, directrice du développement durable du groupe SNCF. Une expérimentation du train hydrogène, qui n'émet que de la vapeur d'eau, est également prévue en 2022.

Voir aussi

D'ici 2035, la SNCF souhaite d'autre part atteindre l'objectif du "zéro déchet". Pour y parvenir, le groupe veut "accentuer les dispositifs de recyclage des matériaux". "Nous recyclons déjà 3 millions de tonnes de matériaux démantelés, soit l'équivalent de 300 tours Eiffel", annonçait Sophie Chambon. Concernant les déchets des voyageurs et des commerçants en gare, la SNCF réfléchit à plusieurs moyens de réduire ces déchets. Des expérimentations devraient commencer dans certaines gares dans les mois à venir.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent