La calotte glacière du Groenland a atteint le point de non-retour, selon une étude

Masse de glace qui se détache du glacier Apusiajik, au Groenland. La fonte de la calotte glaciaire du Groenland est allée si loin qu'elle est désormais irréversible.

Photo prise le 17 août 2019
Planète

ENVIRONNEMENT - Le volume des glaciers du Groenland a considérablement diminué ces dernières années. Même si le réchauffement climatique venait à s'interrompre dès aujourd'hui, ils disparaîtraient inévitablement.

La deuxième plus grande calotte glaciaire au monde sur le point de s'évanouir ? Selon une étude publiée dans Nature Communications Earth and Environnement, la disparition des glaciers du Groenland serait inévitable. Le processus de renouvellement aurait atteint un point de non-retour et serait désormais irréversible : la neige qui reconstitue la calotte glaciaire chaque année ne comble plus la perte de glace.

Les scientifiques se sont appuyés sur les données satellitaires pour retracer l’évolution de plus de 200 glaciers du Groenland ces quarante dernières années. Ils en concluent que dans les années 80 et 90, le Groenland perdait en moyenne 450 milliards de tonnes de glace chaque année, comblés en partie par les chutes de neige. 

Depuis les années 2000, la fonte s'est accélérée - le volume de glace perdu chaque année frôle désormais les 500 milliards de tonnes de glace. La quantité de neige, elle, n’augmente pas et ne parvient pas à compenser cette accélération. Ian Howat, co-auteur de l’étude, écrit que "même si le climat devait rester le même ou même se rafraîchir, la calotte glaciaire perdrait encore de la masse". 

Le niveau de la mer augmente d'1mm par an

Parallèlement, cette accélération de la fonte des glaces du Groenland s'accompagne d'une hausse du niveau de la mer. CNN précise que ce phénomène est le plus grand contributeur à l'élévation mondiale du niveau de la mer - plus d'un millimètre par an. Une conséquence qui pourrait en entraîner d'autre. Howat confirme cette idée : "Nous avons dépassé le point de non-retour, mais il y a évidemment plus à venir" si le réchauffement climatique n'est pas freiné. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent