Réchauffement climatique : les manchots empereurs pourraient disparaître d'ici 2100

Planète

EXTINCTION - Ce pourrait être la fin d'un empire. Selon une récente étude de l'Institut océanographique Woods Hole, les colonies de manchots empereurs pourraient avoir quasiment disparu d'ici 2100 si le climat continue de se réchauffer à la vitesse actuelle.

Koalas, ours polaires, tortues marines, éléphants d'Afrique... La menace du changement climatique n'a pas fini de peser sur les animaux qui peuplent notre planète. Selon une étude de l'Institut océanographique Woods Hole parue le 7 novembre dans le journal Global Change Biology, les manchots empereurs, icônes du monde polaire, pourraient bien disparaître d'ici 2100.

"Si le climat continue de se réchauffer au rythme actuel, nous attendons un déclin des manchots empereurs en Antarctique de 86% d'ici 2100", rapporte dans un communiqué Stéphanie Jenouvrier, spécialiste des oiseaux marins et autrice principale de ces travaux. "À ce stade, il est très peu probable qu'ils s'en remettent."

L'habitat fragile des manchots empereurs

Comme pour l'ours polaire, le destin des manchots empereurs est étroitement lié à celui de la glace. Et cela d'autant plus que les parcelles d'eau gelée sur lesquelles ils s'installent pour se reproduire et muer sont méticuleusement choisies. Si la glace doit être située près du littoral, elle doit dans le même temps être suffisamment proche du large pour permettre aux oiseaux d'avoir facilement et rapidement accès à la nourriture. Mais à mesure que le climat se réchauffe, la glace de mer est amenée à progressivement disparaître, privant les oiseaux de leur habitat, de leurs sources de nourriture et de leur capacité à élever des poussins.

Lire aussi

Avec une augmentation de 1,5 degré, le nombre de colonies de manchots empereurs chuterait de 19%

Selon les prévisions des scientifiques, si la température ne montait "que" de 1,5 degré d'ici 2100, seuls 5% de la glace seraient perdus, entraînant une chute de 19% du nombre de colonies de manchots. En revanche, si la planète venait à se réchauffer de 2 degrés, la fonte des glaces triplerait par rapport au scénario précédent et plus du tiers des colonies existantes disparaîtraient. Enfin, si rien n'est entrepris par l'Homme pour enrayer le réchauffement climatique, menant à une augmentation de la température de 5 à 6 degrés, la perte des colonies serait presque totale.

Lire aussi

Si l'échéance de 2100 paraît lointaine, les effets du réchauffement climatique ont déjà durement touché les manchots empereurs. Ces trois dernières années, la deuxième plus importante colonie de la planète, située dans la mer de Weddell en Antarctique, a déjà été quasiment décimée par la fonte des glaces. Des images satellites étudiées par le centre de recherche britannique de l'Antarctique (British Atlantic Survey) ont montré qu'en 2016, année marquée par une météo particulièrement chaude et orageuse, la glace sur laquelle les couples de manchots élèvent leurs petits a cédé, causant la mort de presque tous les poussins. Le phénomène s'est répété en 2017 et en 2018.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter