Des chercheurs développent un outil pour prédire les conflits liés à l'eau dans le monde

Des chercheurs développent un outil pour prédire les conflits liés à l'eau dans le monde
Planète

BOULE DE CRISTAL - En raison du changement climatique notamment, l'eau potable se fait de plus en plus rare et est à l'origine de nombreux conflits. Des chercheurs viennent de mettre au point un outil capable de prédire ceux-ci jusqu'à un an à l'avance. Il a été présenté au Conseil de sécurité des Nations Unies.

Les chercheurs de six institutions ont développé un système d'alerte précoce pour aider à prédire les conflits potentiels liés à l'eau dans le monde. Baptisé Water, Peace and Security (WPS), il a été financé par le gouvernement néerlandais et présenté au Conseil de sécurité des Nations Unies avant son lancement officiel le mois dernier. Il s'agit du premier outil du genre à prendre en compte les données environnementales, telles que les précipitations et la sécheresse, en plus des facteurs politiques, économiques et sociaux. 

D'après les chercheurs, WPS permet d'identifier avec 86% de justesse les zones de conflits où au moins dix décès pourraient survenir. "Il examine plus de 80 indicateurs, remontant à 20 ans. Cela lui permet d'être en mesure d'utiliser ce qu'il a 'appris' sur les corrélations entre ces variables pour prédire un conflit, ou non, au cours des 12 prochains mois, compte tenu des conditions actuelles", explique au Guardian Charles Iceland, l'un des chercheurs à l'origine de cet outil.

Il se concentre pour le moment sur l'Afrique, le Moyen-Orient et l'Asie du Sud-Est et a déjà prédit de potentiels conflits en 2020 en Iraq, en Iran, au Mali, en Inde ou encore au Pakistan. Selon ses créateurs, il pourrait permettre de prédire jusqu'à un an à l'avance de futures tensions.

Jusqu'à 5,7 milliards de personnes pourraient connaître des pénuries d'eau d'ici 2050

La demande croissante en eau créé déjà de multiples tensions à travers le monde entre les communautés, ou encore entre les agriculteurs et les citadins. En raison du changement climatique, de la pollution de l'eau et de la demande croissante, celles-ci vont de plus tendre à s'intensifier. Selon un rapport des Nations unies paru en 2018, de 4,8 milliards à 5,7 milliards de personnes pourraient connaître des pénuries d'eau d'ici 2050. Alors que les humains consomment 4600 km cubes d'eau chaque année, dont 70% pour l'agriculture, 20% pour l'industrie et 10% pour les ménages, la demande mondiale a été multipliée par six au cours des 100 dernières années et continue de croître au rythme de 1% chaque année. A l'heure actuelle, plus de deux milliards de personnes dans le monde n’ont toujours pas accès à l’eau potable et à l’assainissement.

Des statistiques récentes du Pacific Institute, un institut de recherche américain en Californie, montrent d'autre part que les violences liées à l'eau ont augmenté significativement ces 10 dernières années. Alors qu'en 2000, une vingtaine d'actes violents ont été dénombrés dans le monde, l'Institut en a dénombré plus de 70 en 2018.

Lire aussi

Accessible au grand public, l'outil WPS vise plus spécifiquement à sensibiliser les décideurs politiques dans les régions en situation de stress hydrique.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent