Réchauffement : faut-il interdire d'enneiger les stations de ski par hélicoptère ?

Réchauffement : faut-il interdire d'enneiger les stations de ski par hélicoptère ?

SKI... SUR HERBE – Face au manque de neige de plus en plus courant, des stations de ski sont à la peine pour répondre aux besoins des vacanciers. En fin de semaine, une station des Pyrénées a fait livrer de la neige par hélicoptère. Une solution qui fait polémique et suscite l'opposition de la ministre de l'Ecologie.

Vendredi 14 février, les vacanciers de la station de ski de Luchon-Superbagnères, dans les Pyrénées, ont assisté à une scène sortant de l’ordinaire. 50 tonnes de neige ont été transportées par hélicoptère, du haut du domaine vers le bas, pour renflouer deux pistes pour débutants. Une opération "courte et ciblée", avance le directeur de la station Christian Mathias à LCI, qui a duré 2h30, étalées sur deux jours. "On a fait 20 rotations le vendredi et 20 autres rotations le lendemain." Le coût de l’action, validée par le conseil départemental de Haute-Garonne, a été évalué entre 5.000 et 6.000 euros.

"Pas une voie possible" pour Elisabeth Borne

En vidéo

La neige manque cruellement à Luchon-Superbagnères

Une première dans l’histoire de la station de Luchon, qui n’a pas manqué de faire polémique... jusqu'à la ministre de la Transition écologique. "Enneiger des stations de ski par hélicoptère n’est pas une voie possible", a tranché Elisabeth Borne avant de programmer une réunion avec "les acteurs concernés" dans les prochains jours. Selon un conseiller de la ministre à l’AFP, l’objectif gouvernemental est de dire stop à ce genre d’opérations très polluantes, sans autres informations sur la teneur du rendez-vous. Faudra-t-il pour cela légiférer et interdire les livraisons de neige par hélicoptère ? Quitte à outrepasser les pouvoirs des départements ? Rien n'est sur, tant le tourisme des sports d'hiver est conséquent et nécessaire à la vie des stations. 

"Je comprends la réaction d’Elisabeth Borne", assure Christian Mathias, directeur du domaine de Luchon-Superbagnères, "mais il faut penser à l’économie des stations". Au cœur de la saison, les deux pistes qui ont été enneigées en fin de semaine bénéficient de 2.000 à 2.500 passages chaque jour, explique Christian Mathias. Avant d’enfoncer le clou : "Si on les ferme, c’est 50 % de notre clientèle qui part ou qui annule". 

"On est à la fin d’une ère"

Des pistes trop peu enneigées pour être skiables, voilà ce à quoi sont confrontées de plus en plus régulièrement de nombreux domaines. "Depuis l’apparition des canons à neige : ce n’est pas un hasard", souligne à LCI Renaud de Bellefon, président de France Nature Environnement (FNE) des Hautes-Pyrénées. "Au début, ces canons ne servaient qu’à boucher quelques trous. Aujourd’hui, ils recouvrent des pistes entières."

Or, la pénurie de neige en raison des conditions météorologiques, liées au réchauffement climatique, ne peut que s’accentuer, assure le président de FNE des Hautes-Pyrénées. Il estime d'ailleurs que le véritable débat dépasse la simple opération d’héliportage : "Il y a surtout un refus de poser le problème de l’avenir de nos stations de ski. Je ne vois pas de solution au manque de neige, si ce n’est la fermeture de certaines stations." Renaud de Bellefon, habite en montagne et assiste, démuni, à la disparition progressive de la neige : "On est à la fin d’une ère". 

En vidéo

Le manque de neige oblige des stations de ski à arrêter leurs activités

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - "Lever le confinement le 15 décembre, ce ne sera pas baisser la garde", souligne Gabriel Attal

CARTE - Confinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous dès le 28 novembre

Allègement du confinement : les mesures détaillées jeudi à 11h par Jean Castex

"Cessons de dire des bêtises" : taxé de racisme après sa parodie d’Aya Nakamura, Omar Sy se défend

L'ouverture des stations de ski "impossible" pour les vacances de Noël

Lire et commenter