Retour des néonicotinoïdes dans les champs de betteraves : Mélenchon menace de saisir la justice

Retour des néonicotinoïdes dans les champs de betteraves : Mélenchon menace de saisir la justice
Planète

PESTICIDES - Le député LFI Jean-Luc Mélenchon a annoncé lundi que son groupe allait faire un signalement à la Cour de justice de la République si le gouvernement instaurait une dérogation à l'interdiction des néonicotinoïdes pour les cultivateurs de betteraves. Le projet de loi doit faire l'objet d'un vote mardi.

Face à la possible réintroduction des pesticides, l'opposition menace de saisir la justice contre le gouvernement. Le président du groupe LFI Jean-Luc Mélenchon a annoncé lundi 5 octobre que son groupe ferait "un signalement à la Haute Cour de Justice" - c'est en réalité la Cour de justice qui est compétente pour juger des ministres - si le projet de loi relatif aux conditions de mise sur le marché de certains produits phytopharmaceutiques "en cas de danger sanitaire" était adopté par la majorité. 

Le texte, porté par le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie, vise à autoriser, pour trois ans supplémentaires, les cultivateurs de betteraves à recourir à ces produits décriés pour leurs effets sur la biodiversité, les fameux "tueurs d'abeilles", afin de faire face à des virus touchant les cultures et éviter des pertes de production. 

Opposé au texte de loi, Jean-Luc Mélenchon a rappelé que l'actuelle ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, avait été l'artisan de l'interdiction des néonicotinoïdes en 2016, lorsqu'elle était secrétaire d'Etat de François Hollande, et que c'était elle qui, aujourd'hui, défendait la dérogation jusqu'en 2023.

Lire aussi

"Une faute"

Alors que des membres d'Extinction Rebellion participaient à une nouvelle action spectaculaire à l'extérieur de l'Assemblée nationale, en opposition au texte, le groupe LFI a également déposé une motion de rejet préalable du projet de loi, soutenue par les groupes socialiste et Ecologie Démocratie solidarité. Motion rejetée par la majorité. 

"C’est une faute qui va se commettre", a dénoncé Jean-Luc Mélenchon, selon qui "80%" des pesticides qui seront utilisés sur les cultures de betteraves "iront directement dans le sol", menaçant ainsi la biodiversité. "Nous devons nous interroger sur les usages que nous faisons des différents produits", a également soutenu le député des Bouches-du-Rhône, assumant une perte de production dans la filière au nom de l'environnement. "Il faut prendre à bras le corps la bifurcation des modes de production dans tous les domaines", a-t-il conclu. 

Préserver "la souveraineté" de la filière

"Je suis sûr que vos propos d’estrade ne feront jamais pousser une betterave dans notre pays", a vivement rétorqué Julien Denormandie à Jean-Luc Mélenchon, assurant que "cette loi n'est pas un renoncement mais l'humilité de reconnaître quand on est dans une impasse". Selon le ministre de l'Agriculture, il n'existe pas, à l'heure actuelle, "d'alternative d'échelle crédible" pour sauver les récoltes des maladies. Sans cette dérogation provisoire, "toutes les cultures pourraient être touchées, même les cultures bio", avec le risque que les agriculteurs se détournent de cette filière.

"En l'espace d'un an, toutes les sucreries fermeraient", a assuré le ministre, évoquant des risques pour l'emploi et martelant qu'une industrie ne pouvait pas survivre sans exporter. "Ce serait la fin d'une filière d'excellence. C'est une question de souveraineté. Nous sommes tous favorables à l'agro-écologie, mais cette transition ne peut pas être de tuer une filière française pour ensuite importer du sucre de pays moins-disant sur le plan environnemental." Le projet de loi controversé doit faire l'objet d'un vote solennel mardi 6 octobre. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Attaque à la basilique de Nice : "C'est la France qui est attaquée", dénonce Macron

Reconfinement : les commerces qui devront fermer, ceux qui vont rester ouverts

CARTE - Reconfinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous

EN DIRECT - Covid-19 : les députés approuvent le reconfinement à une très large majorité

Confinement : l'attestation de sortie comportera "une nouvelle case" pour les déplacements scolaires

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent