RTT, télétravail, vélib' pris d'assaut : la grève fait-elle baisser la pollution de l’air à Paris ?

RTT, télétravail, vélib' pris d'assaut : la grève fait-elle baisser la pollution de l’air à Paris ?
Planète

UN (BON) AIR DE GRÈVE ? - Jeudi, au premier jour du mouvement social contre la réforme des retraites, le trafic routier en Île-de-France fut aussi faible qu'un jour de vacances. La grève - un peu aidée par des conditions météo favorables - a eu un impact positif sur l'air de Paris. Mais pas sûr que cela dure.

La grève aurait-elle des vertus environnementales ? À l’occasion du premier jour de grève contre la réforme des retraites jeudi 5 décembre, la mairie de Paris s’attendait à des rues noires de monde et à une horde d’automobilistes contraints de se passer des métros et RER. Il n’en fut rien. Le périphérique était vide comme un 15 août. Ou presque. Une tendance qui n'a duré qu'un temps, puisque ce vendredi, les perturbations ont a nouveau été conséquentes sur les routes avec même un pic à 580 km de bouchons dans la soirée. Mais qu'en fut il pendant 24h ?

Airparif, chargé de l’évaluation de la qualité de l’air dans la capitale, indique à LCI qu’un risque d’épisode de pollution était attendu jeudi mais qu’il a été moins important que prévu, et ce pour deux raisons. D’abord en raison du nombre très faible de véhicules en circulation : moins de 70 kilomètres de bouchons étaient enregistrés à 9 heures, soit presque quatre fois moins qu'habituellement. Et à peine 25 km en moyenne pendant le reste de la journée. Ensuite, la météo a joué un rôle puisque le vent et la pluie ont contribué à dissiper rapidement ce pic de pollution. Météo favorable et voitures au garage : les indices de pollution ont donc chuté dans la capitale passant de 61 sur 100 jeudi à 37 sur 100 vendredi.  

Qu'en sera-t-il dans les prochains jours - et notamment à partir de lundi ? Les énormes bouchons enregistrés vendredi soir en Ile-de-France laissent entrevoir une semaine compliquée sur les routes.  

Moins de Vélib' dans les rues jeudi que lors de la précédente grève

LA grève s'est elle accompagnée d'une explosion du trafic des vélos ? Indéniablement, la cote des Vélib' dans Paris a grimpé. Les ventes de pass et d’abonnements annuels, qui avaient déjà augmenté ces derniers jours ont explosé le jeudi 5 décembre, avec 2 451 pass et 4 443 abonnements vendus, contre 166 pass et 625 abonnements jeudi 28 novembre, jour habituel.

Paradoxe : ce n'est pas pour autant jeudi que la demande en Vélib' fut la plus forte. La société indique que "le nombre d’usagers a été plus important que la fréquentation habituelle du service mais moindre que lors de la dernière grève". Ainsi, 113 795 trajets en Vélib' ont été effectués contre 174 564 le 13 septembre dernier. Signe que beaucoup d'usagers avaient tout simplement renoncé à se déplacer en posant un jour de congé ou en travaillant depuis chez eux.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent