Spectrophotométrie, prélèvement amniotique : les techniques pour connaître le sexe d'un œuf et épargner les poussins mâles

Spectrophotométrie, prélèvement amniotique : les techniques pour connaître le sexe d'un œuf et épargner les poussins mâles

SOLUTIONS - Lundi, Carrefour et Loué ont annoncé s'associer pour produire des œufs de poules issus de la technique appelée la spectrophotométrie, consistant à déterminer le sexe de l’œuf en analysant la couleur des premières plumes de l'embryon grâce à une lumière placée sous l’œuf et une caméra. Cette méthode constitue une des deux alternatives pour connaître le sexe des œufs et ne pas à avoir à tuer les mâles à la naissance.

C'est un sujet qui revient dans l'actualité depuis plusieurs mois. Lundi 10 février, le distributeur Carrefour et la marque Loué ont annoncé la mise en place d'un partenariat pour produire et vendre des œufs de poules issus d'une nouvelle technique de détermination du sexe dans l’œuf, et ainsi éviter l'abattage de poussins mâles. Pour ce faire, les deux industriels vont utiliser une technique appelée la spectrophotométrie.

"Ce projet a été réalisé en partenariat avec les Fermiers de Loué,  partenaires historiques de la Filière Qualité Carrefour, et le groupe allemand AAT, spécialiste mondial de l'accouvage", indique Carrefour dans un communiqué, avant d'ajouter : "Dès le 1er mars, dans nos 5000 points de vente, notre 1er objectif d’arrêt des œufs en cage sera atteint." "Les 500 millions d’œufs de nos marques se répartiront à 80% en faveur du plein air (code 1) et du bio (code 0) et à 20% sur des œufs de poules élevées au sol avec jardin d’hiver (code 2). Nous avons également débuté la substitution des œufs en cage par des œufs de poules élevées au sol ou plein air pour nos 650 produits transformés à marque Carrefour", conclut le distributeur.

2 centimes supplémentaires par œuf

Cette technique consiste à différencier le sexe dans l’œuf grâce à une caméra, analysant la couleur des premières plumes des embryons. Le tout grâce une lumière passée sous l’œuf, à son 13e jour. La couleur des mâles se révèle être plutôt blanche ou jaune quand celle des femelles est plutôt brune.

Cette technologie, venue d'Allemagne et utilisée pour la première fois en France début décembre 2019 dans un couvoir filiale du groupe AAT, aura une incidence sur le prix du produit. Alors qu'une boîte de six œufs "Filière Qualité Carrefour" est actuellement vendue 1,78 euro, le prix de la boîte ayant bénéficié de cette technologie sera de 1,94 euro, soit moins de trois centimes supplémentaires par œuf.

En vidéo

Bien-être animal : un nouvel argument de vente

Lire aussi

Un prélèvement de liquide amniotique comme alternative

Début janvier, les ministres de l'Agriculture français, Didier Guillaume, et allemande, Julia Klöckner, avaient affirmé leur volonté de mettre fin "d'ici fin 2021" au broyage des poussins mâles, non valorisable dans la filière ponte, en promettant de "partager les connaissances scientifiques" et la "mise en oeuvre de méthodes alternatives". 

Outre la spectrophotométrie, une autre méthode fait partie des alternatives pour déterminer le sexe des œufs et éviter le broyage des poussins. Développée par la société allemano-néerlandaise Seleggt, elle consiste à percer un minuscule trou dans l’œuf, d'une taille de 0,3 millimètre, et de réaliser un prélèvement de liquide amniotique neuf jours après la ponte, afin de tester le taux d'hormones.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Jean Moulin était un scientifique" : les perles du test de culture G des candidates à Miss France

Jackpot record de l'Euromillions : ces gagnants pour qui la chance a (très mal) tourné

EN DIRECT - Covid-19 : seuls 53 % des Français prêts à se faire vacciner, selon un sondage

REVIVEZ - C'est Alexandra qui remporte "Koh-Lanta : les 4 Terres"

"L'heure est venue de m'exprimer" : DSK va livrer sa vérité dans un documentaire

Lire et commenter