A Biarritz et Bidart, la bataille perdue d'avance contre l'érosion du littoral sur la côte Atlantique

A Biarritz et Bidart, la bataille perdue d'avance contre l'érosion du littoral sur la côte Atlantique
Planète

Toute L'info sur

LE WE 20H

PHENOMENE NATUREL - La tempête Fabien a toutes les chances d'accentuer le phénomène d'érosion qui frappe la façade atlantique et rogne chaque année des dizaines de centimètres. TF1 est allé à la rencontre des habitants, à Biarritz et Bidart, pour observer la façon dont ils s'adaptent à ce phénomène inéluctable.

La côte atlantique est régulièrement confrontée aux coups de vent tels que la tempête Fabien, qui lui vaut reculer de quelque cinquante centimètres chaque année. Une habitude, pour les habitants de la côte basque. C'est d'ailleurs la deuxième fois en une semaine, ce week-end des 21 et 22 décembre, que la houle a dépassé huit mètres de hauteur sur la grande plage. Les sacs de sable n'ont pas eu besoin d('être sortis, grâce au logiciel que la ville de Biarritz utilise pour anticiper ces situations. "Ce programme, Maréa, permet d'installer des capteurs sur la Grande plage. Dans le cas d'événements comme celui-là, ils enregistrent des données pour comprendre les caractéristiques de ces phénomènes hyper tempétueux".

Enrocher les pieds de falaise pour lutter contre la houle

Face à ce phénomène naturel, inéluctable, la mairie de Biarritz est équipée et installe des pierres au pied de ses falaises pour stabiliser la côte. "Tout le pied de falaise est protégé par ces enrochements,  ces blocs d'ophite, qui est du calcaire très dense, qui réduisent les activités et les impacts de la houle", explique Christophe Landrin, directeur général des services de la ville.

Les trois quarts du littoral sont aujourd'hui protégés. Une opération qui a un coût. En effet, 16 millions d'euros ont été débloqués pour s'occuper des 25% restants. Des travaux attendus avec impatience par les riverains. Au micro de TF1, Evelyne Detanger raconte : "Comme vous me voyez, on a perdu 15 m² de terrain", dit-elle depuis son  jardin. Il fait venteux, ce jour : "Avec un temps comme aujourd’hui, on peut être sûr que demain, on aura perdu 50 centimètres de terrain."

Fatalisme et victimes collatérales

A Bidart, le maire Emmanuel Alzuri a fait une croix sur certains équipements, dont une route et un poste de surveillance. Nichés dans une crique, ils seront bientôt recouverts par l'océan. "On arrête ce combat perdu d'avance contre les éléments. Le changement climatique, c'est tous les jours qu'on en voit les effets pervers. Alors, on s'adapte et, dans les lieux où on peut le faire rapidement, on rend à la nature toute sa place".

Plus écologique, plus économique, cette solution aura ses victimes collatérales. Au loin, on aperçoit une maison à flanc de falaise. Pas sûr qu'elle tiendra bien longtemps face au phénomène d'érosion.

Ce sujet a été diffusé dans le journal télévisé de 20H du 22/12/2019 présenté par Anne-Claire Coudray sur TF1. Vous retrouverez au programme du JT de 20H du 22 décembre 2019 des reportages sur l’actualité politique économique, internationale et culturelle, des analyses et rebonds sur les principaux thèmes du jour, des sujets en régions ainsi que des enquêtes sur les sujets qui concernent le quotidien des Français.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent