Bientôt un crédit d’impôt pour les acheteurs de produits d'occasion ?

Bientôt un crédit d’impôt pour les acheteurs de produits d'occasion ?
Planète

GÂCHIS - Les patrons du Bon Coin et de la Camif proposent dans "Le Parisien" d’instaurer un crédit d’impôt de 15% en faveur des acheteurs des produits de seconde main. Une mesure de lutte contre la surconsommation que ces derniers souhaitent voir débattue dans le projet de loi Economie circulaire.

C’est un fait, le neuf n’est plus aussi prisé qu’avant par les Français. Entre 2014 et 2017, l’achat de produits de seconde main a bondi de 38 %, selon des chiffres de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie. Face à cela, les directeurs de Leboncoin et de la Camif proposent l’idée d’instaurer un crédit d’impôt de 15 % en faveur des consommateurs privilégiant la récupération, la réutilisation d’objets ou bien le troc. "Face à l’urgence climatique, on n’a simplement pas le choix", avance Antoine Jouteau, patron du Bon coin, à nos confrères du Parisien en pointant du doigt "nos ressources limitées". Il milite pour que la proposition soit discutée au sein du projet de loi Economie circulaire, actuellement devant le Parlement. 

Voir aussi

Les Français, "héros discrets de la transition écologique"

Si un tel crédit venait à être instauré, les acheteurs pourraient produire un document qui déduirait la somme de leurs impôts. "Les Français sont les héros discrets de la transition écologique, plutôt que de leur taper sur les doigts autant encourager les comportements vertueux", poursuit Antoine Jouteau auprès du quotidien. Pour lutter contre la surproduction d’objets électroniques, rien de tel que de privilégier le reconditionné, explique de son côté l’association Zéro Waste France. Entre 2008 et 2018, 10,3 milliards de smartphones ont été produits dans le monde, soit une fabrication multipliée par 11, selon des données de Statista. 

Les grandes enseignes semblent avoir de plus en plus conscience de l'urgence qu'il y a de modifier leurs comportements. Plus de 200 marques ont notamment décidé de ne pas participer ce vendredi au "Black Friday" en France qui propose une fois par an des soldes et promotions en tout genre pour les consommateurs. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter