VIDÉO - A Londres, Extinction Rebellion bloque un métro et provoque la colère des usagers

Planète

DÉSOBÉISSANCE CIVILE - Plusieurs membres du mouvement écologiste Extinction Rebellion ont été arrêtés et l'un violemment pris à partie par des usagers, après avoir mené des actions de blocage dans le métro londonien jeudi matin à l'heure de pointe, a annoncé la police des transports britannique.

Une action "non-violente" mais qui provoque la colère. Des usagers du métro londonien ont été bloqués en pleine heure de pointe, dans la matinée du jeudi 17 octobre. Des activistes du mouvement écolo-radical Extinction Rebellion avaient décidé de bloquer des lignes desservant le centre-ville.

Lire aussi

Deux stations bloquées

Au petit matin, les militants ont grimpé sur les rames de métro quand d’autres ont collé leurs mains aux parois afin d’empêcher le train de repartir, selon les observations de plusieurs journalistes sur place. Comme en témoigne une activiste, cette ligne était ciblée parce qu'"elle dessert directement le centre-ville, qui est devenu le dieu de notre temps". Croix chrétienne en guise de boucles d’oreille, elle accuse l’humanité de "crucifier la planète au nom de la croissance économique". Un autre militant qui l’accompagnait se dit lui aussi chrétien. Raison pour laquelle cet octogénaire, qui se "bat pour [ses petits-enfants]" est "très en colère" lorsqu’il voit "la création de dieu se faire démolir". 

C’est donc pour défendre l’environnement que le mouvement, surnommé XR, a lancé "Autumn Uprising" (soulèvement automnal). Cette série d’actions choc qui a lieu au Royaume-Uni et dans d’autres capitales, a pour objectif de perturber le fonctionnement des grandes villes afin de dénoncer l'inaction des gouvernements face à l’urgence climatique. 

Une action critiquée de toute part

Sauf que cette fois-ci, le blocage ne passe pas. Au contraire. Alors que quatre activistes ont été arrêtés, selon la police des transports, un autre a été violemment pris à partie. Ciblé par des projectiles lancés par des usagers furieux, l’un d’eux a été extirpé de force. Au total, depuis le début du mouvement, plus de 1600 militants ont été arrêtés dans la capitale.

L’action est même vivement critiquée dans les rangs, avec des militants qui s’insurgent sur les réseaux sociaux. "Je ne suis pas d’accord, alors je ne participerai plus à aucune action de XR cette semaine", écrit ainsi une activiste. Des accusations qui se font entendre aussi chez les autorités. Un chef de la police des Transports, Sean O'Callaghan, a ainsi exprimé sa "déception", car "le métro et le train sont parmi les moyens de transport les plus écologiques".

De son côté, le maire de Londres, Sadiq Khan, a "condamné" une action "extrêmement dangereuse" dans un communiqué. Après des manifestations dans le centre financier de la capitale, toute manifestation y est interdite à cause de "perturbations graves". Une interdiction que XR compte contester. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter