VIDÉO - Action coup de poing d'activistes écologistes au siège de Bayer-Monsanto

Planète

Toute L'info sur

Monsanto lourdement condamné

DÉNONCIATION - Des militants d'Attac, de la Confédération Paysanne, d'Extinction Rébellion et RadiAction ont pénétré dans la matinée du mercredi 22 mai dans le hall du siège de Bayer-Monsanto pour reproduire une scène de "nature morte" et dénoncer "les activités mortifères" du géant de l'agro-chimie.

Du bois mort, des bidons de glyphosate et des combinaisons blanches : une mise en scène qui se veut macabre pour dénoncer "les activités mortifères" d'un géant de l'agro-chimie. Une cinquantaine de militants d'Attac, de la Confédération Paysanne, d'Extinction Rébellion et RadiAction ont pénétré ce mercredi matin dans le hall du siège de Bayer-Monsanto, à La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine) et reproduit une scène de "nature morte".

Lire aussi

"Accentuer la pression citoyenne"

"Nous sommes venus mener une action de désobéissance civile visant à dénoncer les ravages des activités de Bayer et Monsanto sur le biodiversité et la santé de nos agriculteurs et agricultrices", a déclaré une militante d'Attac et "animatrice" de l'action, rapporte l'AFP. "Le monde selon Monsanto, un monde où la nature et le monde paysan se meurent (...) Il est urgent de mettre les multinationales comme Bayer et Monsanto hors d'état de nuire", a-t-elle poursuivi, sous une banderole affichant les logos des deux entreprises avec le dessin d'une tête de mort.

Vêtus de leurs combinaisons blanches ou déguisés en abeilles mortes, ces activistes réclament notamment au groupe de "stopper son lobbying agressif" et "de s'engager à stopper la production de glyphosate avant 2021". Pour cela, ils veulent "accentuer la pression citoyenne pour que Monsanto et Bayer reconnaissent enfin la dangerosité de leur produit, pour que les victimes de leurs produits toxiques obtiennent des réparations et surtout pour mettre en place des outils pour accélérer la sortie de l'utilisation des pesticides".

Les difficultés s'accumulent pour Bayer

À l'issue de cette action, qui s'est déroulé dans le calme pendant une trentaine de minutes, les militants sont repartis en laissant l'installation dans le siège français du groupe allemand, qui a racheté Monsanto en 2018. Bayer a réagi : "Nous respectons le droit de parole de chacun, mais regrettons la forme de cette manifestation à l'encontre de notre entreprise", a indiqué une porte -parole du groupe. "Nous sommes engagés dans un dialogue ouvert pour une agriculture durable, respectueuse de l'environnement et répondant aux attentes des consommateurs, et sommes prêts à discuter de nos activités, dans un cadre d'écoute et de transparence", a-t-elle ajouté.

Lourdes condamnations devant la justice américaine, accusations de fichage illégal de personnalités en Europe, dégringolée boursière, manifestations anti-agrochimie... Bayer accumule les difficultés après le rachat de Monsanto, qui a créé le glyphosate, principe actif de son désherbant à succès, le Roundup, avant qu'il soit dans le domaine public en 2000.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter