Agonie de Fluker, la baleine sans queue : pourquoi des cétacés s’échouent-ils par centaines sur nos côtes ?

Agonie de Fluker, la baleine sans queue : pourquoi des cétacés s’échouent-ils par centaines sur nos côtes ?
Planète

FAUNE SAUVAGE - L'association WWF attire l'attention ce vendredi sur l'"agonie" en Méditerranée de Fluker, une baleine amputée de sa queue, symbole pour l'ONG de l'impact des activités humaines sur les cétacés. Un cas loin d'être isolé. En mars dernier, le 20H de TF1 avait diffusé une enquête sur les centaines de dauphins échoués depuis le début de l'année sur les plages de l'Atlantique, la plupart du temps à cause de captures accidentelles par des bateaux de pêche.

En attirant ce vendredi l'attention sur "l'agonie" de Fluker, une baleine "dans un état de maigreur terrible" et sans queue,  probablement après "une collision avec un navire ou un enchevêtrement dans un filet", l'ONG WWF met le doigt sur un phénomène bien plus large. Selon elle, 10 à 40 cétacés de la même espèce, le rorqual commun, sont tués chaque année de cette façon dans le sanctuaire Pelagos, la zone protégée créée entre l'Italie, la France et Monaco, où se trouve Fluker. Mais au-delà, des centaines de cétacés connaissent le même sort chaque année sur nos côtés.

Lire aussi

En mars dernier, le 20H de TF1 avait publié une enquête sur ce phénomène (vidéo en tête de cet article), particulièrement inquiétant dans le Golfe de Gascogne, où le nombre d'échouages a été multiplié par dix en seulement quelques mois. En de début de mois, 600 dauphins avaient déjà ainsi été retrouvés depuis le début de l'année sur les plages de l'Atlantique. Les cas de dauphins retrouvés morts sur le littoral ou en mer sont en effet en très forte hausse. Des accidents principalement liés à des captures dans les filets de pêche : les cétacés ont pris l'habitude de s'approcher de plus en plus des côtes, et parfois, de chasser directement dans les filets des pêcheurs. 

"La population va s'effondrer"

Selon les chercheurs, plus de 10.000 dauphins auraient été capturés accidentellement en 2019.  Or ces mammifères marins ne se reproduisent qu'à raison d'1 individu par an. "A ce rythme là, si on a des milliers de morts par an, la population va s’effondrer", déplorait Cecile Dars, biologiste marine au CNRS, dface aux caméras de TF1.

Toute l'info sur

LE WE 20H

Des dispositifs de répulsifs par ultra-son sont testés pour éviter que les dauphins ne s'approchent trop des filets.  Mais ceux ci tardent à se généraliser sur les bateaux, notamment ceux de petite taille.  En alertant sur le sort de Fluker, WWF a plaidé pour le déploiement de systèmes anti-collision et la mise en place de politiques pour lutter contre les filets de pêche "fantôme".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent