VIDÉO - L'incendie de l'usine de Rouen vu du ciel

Planète

Toute L'info sur

L’incendie de l’usine Lubrizol à Rouen

IMAGES - Les pompiers de Seine-Maritime ont dévoilé des images de drone de l’incendie qui a ravagé l’usine Lubrizol à Rouen jeudi 26 septembre. Depuis les airs, on peut apercevoir l'ampleur des dégâts sur le site et l'intense fumée noire qui s'est échappée durant plusieurs heures.

L'usine est ravagée. L'incendie s'est déclenché dans la nuit de mercredi 25 au jeudi 26 septembre, à l'intérieur du site industriel de Rouen. Sur les images filmées par les drones de l'équipe des sapeurs pompiers de Seine-Maritime, on peut apercevoir les entrailles du brasier et l'ampleur des dégâts. Pendant plusieurs heures, les soldats du feu ont lutté pour le maîtriser puis l'éteindre. Vendredi 27 septembre, une équipe était toujours sur place pour surveiller le site.

La vidéo met également en évidence l'épaisse fumée noire qui s'échappe de l'incendie. Le nuage, qui a recouvert Rouen et ses environs pendant de longues heures, se déplaçant jusque dans la région voisine des Hauts-de-France, a atteint une superficie de 22 km de long et 6 km de large Les riverains se sont particulièrement inquiété du potentiel caractère toxique de cette fumée et des dépôts noirâtres transportées par la pluie. Le préfet de Seine-Maritime Pierre-André Durand a fait un point ce vendredi midi au sujet des mesures effectuées à partir des retombées de suies dans l'agglomération rouennaise, affirmant qu''au niveau médical, il y a des inquiétudes qui ne sont pas justifiées". Les premiers éléments délivrés par ses services et par le Samu laissent tout de même entrevoir une hausse de 50% des appels pour des troubles respiratoires ou maux de tête, affectant principalement des enfants ou des personnes asthmatiques. 

Lire aussi

L'enquête en cours n'a toujours pas pu révéler l'origine de l'incendie au lendemain du sinistre. Vendredi 27 septembre, dans l'après-midi, les enquêteurs n'avaient pas encore pu pénétrer à l’intérieur du site pour effectuer les premiers prélèvements et ne pourront le faire qu’à partir de mardi 1er ou mercredi 2 octobre. Leur objectif sera de déterminer si le départ de feu est dû à un acte malveillant ou à une défaillance technique.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter