#MissionTerresAustrales (4/6) : les Kerguelen, au bonheur des animaux marins et des… bottes

#MissionTerresAustrales (4/6) : les Kerguelen, au bonheur des animaux marins et des… bottes
Planète

Toute L'info sur

#MissionTerresAustrales

SÉRIE - Une équipe de TF1 est montée il y a quelques semaines à bord d’un navire des Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF) pour découvrir ces bouts de France qui accueillent une faune exceptionnelle en plein milieu de l'Océan indien. Pour ce quatrième épisode, nous partons à la découverte des Kerguelen, paradis des animaux marins où la botte est l’accessoire indispensable.

Archipel de Crozet et des Kerguelen, île de Saint-Paul, île d’Amsterdam :  les Terres et Mers Australes, perdues dans le sud de l’Océan Indien, entre l'Afrique et l'Antarctique, sont classées depuis peu au patrimoine mondial de l'Unesco. Fin 2019, une équipe de TF1 a pu se rendre sur ces territoires inhabités où la France entretient sa présence avec des équipes de chercheurs, de techniciens et de volontaires en service civique qui se relaient sur place.

Quatrième épisode : la découverte des îles Kerguelen, plus grande réserve naturelle de France. Michel Izard vous fait notamment découvrir leur faune exceptionnelle et vous raconte les coulisses de la visite…

Lire aussi

Je veux rendre hommage aujourd'hui à un équipement absolument indispensable pour marcher aux Kerguelen. Pas besoin de chaussures de randonnée sophistiquées en Gore-Tex, double cuir ou matières technique. La seule et unique manière valable de se chausser, ce sont les bottes en caoutchouc. Elles sont aux marcheurs des Kerguelen ce que le ciré est aux pêcheurs bretons.

Car il n'y a pas vraiment de chemins et pas beaucoup de terre non plus. On avance sur des landes rases qui s'étirent à perte de vue et où la végétation ne dépasse pas 20 cm de hauteur à cause du vent. On marche sur une immense tourbière gorgée d'eau de plusieurs mètres d'épaisseur. On doit faire des détours pour éviter des mares infranchissables. Avec la caméra sur le dos ou à l'épaule pour Bertrand Lachat ou le pied de la caméra et le sac du matériel pour moi quand on a le vent de face, c'est assez sportif !

La récompense : 300.000 manchots devant vous

Il faut notamment se méfier de ce que l'on appelle les "souillés", ces endroits où la boue s'est accumulée. Parfois, ce sont des sables mouvants dans lesquels on peut s'enfoncer. Il existe ainsi des récits de navigateurs, en particulier celui de Raymond Rallier-du-Baty au début du 20e siècle, dans lequel il explique qu'il a sauvé la vie d'un de ses compagnons qui s'était enfoncé dans les sables mouvants jusqu'à la tête. Au passage, je conseille ce livre de Rallier-du-Baty, On peut aller loin avec des coeurs volontaires : aventures au Kerguelen, qui raconte son voyage épique 1908.

Mais quand, au bout de l'effort, on débouche sur la grande plage de Ratmanoff, à l'est de la grande île des Kerguelen, une récompense bouleversante nous est offerte. Sur le Marion Dufresne, la biologiste Aurélie ce m’en avait parlé avec des trémolos dans la voix : "Quand je l'ai vue pour la première fois, je me suis mise à pleurer". On se retrouve devant 300.000 manchots royaux serrés les uns contre les autres, qui chantent et sentent. C'est une claque plus forte que celle du vent. On en a le souffle coupé. Campés sur nos bottes de 7 lieues, au 7e ciel de la beauté sauvage…

En vidéo

VIDÉO LCI PLAY - Derrière la cam' avec Michel Izard pour la mission Terres Australes

LE PARCOURS

Grâce à cette carte conçue par Esri France, découvrez le parcours de l'équipe de TF1.

Pour plus d'informations sur le parcours, cliquez ici.

Prochain épisode jeudi.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent