Réchauffement climatique : voici, en 3D, à quoi ressembleront nos champs en 2050

Réchauffement climatique : voici, en 3D, à quoi ressembleront nos champs en 2050
Planète

IMMERSION 3D - D'ici 30 ans, en France comme ailleurs, les températures devraient augmenter de 1 à 3°C selon les régions, avec plus de canicules et de sécheresses. Alors, comment notre agriculture pourra-t-elle s'adapter ? La rédaction de TF1 vous propose une balade immersive de la Corse aux Hauts-de-France.

En 2050, notre climat aura changé. D'après une majorité d'experts, les températures devraient augmenter de 1 à 3 degrés selon les régions. Et ce que l'on constate, c'est qu'à chaque fois que le thermomètre grimpe de 1 degré, les espèces végétales sont forcées de se déplacer de 200 km vers le Nord ou de monter de 150 m en altitude, pour retrouver leurs conditions de vie initiales. 

Dans certaines régions, les champs vont donc se transformer pour s'adapter à ces changements.  

Des mangues et des citrons en Corse ?

Dans les Hauts-de-France, où le blé domine aujourd'hui largement, dans 30 ans, les champs pourraient être recouverts de maïs, céréale qui résiste mieux à la chaleur. A l'autre bout de la France, en Corse, si l'on développe l'irrigation, on pourrait voir pousser de plus grandes quantités d'oranges, de citrons verts ou même d'avocats. Et, plus surprenant, le sol pourrait accueillir des manguiers, qui poussent aujourd'hui plutôt en Inde, en Chine ou dans le Sud de l'Espagne. Des mangues corses, vous imaginez !? 

Certaines régions seront donc gagnantes en accueillant de nouveaux fruits. Alors pour ne pas être perdantes, les autres vont aussi devoir s'adapter, par exemple en mélangeant les espèces. Aujourd'hui, dans la grande majorité des cas, une seule espèce est cultivée sur toute la parcelle. Mais en 2050, on pourrait voir 3 cultures simultanément sur la même zone, les unes protégeant les autres. 

Toute l'info sur

Impact positif

Pourquoi lancer Impact Positif ?

Par exemple, comme dans la vidéo ci-dessus, une parcelle avec des noyers, des pommiers et du blé : les noyers serviront à produire du bois, mais protégeront aussi les pommiers du soleil. Les pommiers feront eux aussi de l'ombre aux épis de blé. C'est ce que les chercheurs de l'Inra appellent un cercle vertueux. Sous la terre, les racines des arbres, plus profondes, feront aussi remonter l'eau, qui profitera mieux au blé en période de sécheresse. 

Tout cela n'est pas de la fiction, ce sont des prévisions qui peuvent encore évoluer. Mais une chose est sûre, tous ces changements doivent être anticipés dès aujourd'hui. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Erdogan invite Macron à "se faire soigner", l'Élysée dénonce des "propos inacceptables"

Covid-19 : la France a-t-elle vraiment les plus mauvais chiffres en Europe ?

Covid-19 : pourquoi les masques en tissu n'ont plus la cote auprès des Français

EN DIRECT - Cinémas, piscines, bars... l'Italie renforce ses restrictions malgré les protestations

CARTE - Voici la liste des 54 départements désormais sous couvre-feu

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent