Votre fournisseur d'électricité est-il aussi vert qu'il le prétend ?

JT 20H - Portés par la conscience écologique, les fournisseurs ne jurent que par l'électricité 100% renouvelable. Une offre qui séduit, et à laquelle plus de deux millions de Français ont souscrit.
Planète

BONS ET MAUVAIS ÉLÈVES - Si de plus en plus de fournisseurs d'électricité proposent des offres "vertes", ces dernières sont parfois loin de l'être. Pour permettre aux consommateurs de choisir en connaissance de cause, Greenpeace publie son Guide de l'énergie verte pour la deuxième année consécutive.

Dans le secteur de l'énergie, de plus en plus de fournisseurs d’électricité se la jouent écolo. Aujourd'hui, sept offres sur dix proposent de l'électricité d'origine renouvelable. Malgré tout, la réalité n'est pas toujours aussi verte que les promesses affichées, certaines formules se révélant n'être que stratégie marketing.

Pour aider le consommateur à se retrouver dans cette jungle, Greenpeace a publié jeudi la deuxième édition son Guide de l’électricité verte, dans lequel les fournisseurs d’électricité sont classés en fonction de leur politique en matière de développement des énergies renouvelables.

Lire aussi

Des fournisseurs de plus en plus engagés

"La première édition de ce classement, parue en octobre 2018, a mis en lumière l'entourloupe des "garanties d'origine" qui flouent les consommateurs en proposant une électricité non-renouvelable cachée derrière des offres vertes", rappelle l'ONG. Ce système permet de qualifier une offre de "verte" même si l'électricité achetée provient en réalité d’une centrale nucléaire ou à charbon. Il suffit au fournisseur d’acquérir un certificat prouvant qu’un producteur européen a injecté dans le réseau une quantité équivalente d’énergie renouvelable à celle qu’ils proposent. 

Comme si on collait une étiquette qui vient d’une tomate bio sur une tomate pleine de pesticides- Alix Mazounie, chargée de campagne énergie à Greenpeace

"C’est comme si on collait une étiquette qui vient d’une tomate bio sur une tomate pleine de pesticides : le consommateur achète une tomate pleine de pesticides en pensant acheter une tomate bio", nous expliquait en septembre Alix Mazounie, chargée de campagne énergie à Greenpeace, reprochant à ce système de ne pas inciter les entreprises à investir dans le renouvelable. Cette année cependant, l'ONG note des progrès notables, plus de la moitié des fournisseurs évalués ayant accru leurs efforts depuis 2017.

"Plusieurs autres fournisseurs ont développé une activité d’achat d’électricité renouvelable en gré à gré", se félicite l’organisation environnementale. Autrement dit, ces derniers achètent directement leur électricité à des producteurs de solaire, d'éolien ou d'hydroélectricité, ce qui permet entre autres de garantir l'origine de cette énergie. Cela a fait passer les fournisseurs d’électricité "vraiment verts" de trois en 2018 à cinq cette année (Enercoop, Planète Oui, Urban Solar, Ilek et Plüm Énergie). 

En vidéo

Cruard reporter : énergie verte, vraiment ?

Onze producteurs d'électricité ont d'autre part augmenté leurs capacités installées en matière d’énergie renouvelable et quinze fournisseurs ont déclaré avoir contribué au raccordement de nouvelles installations renouvelables depuis 2017, indique Greenpeace.

Carton rouge pour EDF, Engie et Total Direct Energie

Malgré tout, regrette l'ONG, les investissements de la part des gros producteurs sont encore trop importants dans les moyens de production d’électricité non-renouvelable. "Au niveau européen, l’électricité disponible reste largement carbonée tandis qu’au niveau français l’électricité est largement nucléarisée. 

En investissant encore beaucoup trop dans les énergies non-renouvelables, les acteurs historiques comme EDF, Total Direct Energie, Iberdrola, Eni, Vattenfall et Engie continuent de freiner la transition énergétique en Europe", souligne-t-elle. Ces cinq fournisseurs se voient décerner un carton rouge par le Guide de l'énergie verte.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter