"À ce rythme-là, il va falloir 30 mois pour vacciner les Français les plus fragiles", regrette Frédéric Péchenard

"À ce rythme-là, il va falloir 30 mois pour vacciner les Français les plus fragiles", regrette Frédéric Péchenard

VACCINATION - Le vice-président de la région Ile-de-France était l’invité de LCI ce vendredi 22 janvier. Il a dénoncé la lenteur de la campagne de vaccination et l’approvisionnement insuffisant en doses de vaccin.

Après des lenteurs au démarrage, la campagne de vaccination a nettement accéléré mais elle n’en suscite pas moins les critiques de l’opposition et des élus locaux. Invité de LCI ce vendredi 22 janvier, l’ex-directeur général de la police nationale devenu vice-président LR de la région Île-de-France, Frédéric Péchenard s'est montré sceptique : "L’État français est dépendant des laboratoires. On ne va pas vacciner 65 millions de Français en quinze jours, je le conçois parfaitement. Il n’en demeure pas moins qu’il y a une forme d’impréparation qui parait inquiétante". 

Toute l'info sur

Le monde commence à se vacciner contre le Covid-19

Mercredi 21 janvier, 823.567 personnes avaient été vaccinées contre le Covid-19 depuis le lancement de la campagne, le 27 décembre dernier, selon la Direction générale de la Santé (DGS). L’objectif d’un million de Français vaccinés sera rempli avant la fin du mois, a assuré Olivier Véran. Sur TF1 mercredi soir, le ministre de la Santé a dit s’attendre à ce que "probablement 1,3 à 1,4 million" de personnes soient vaccinées fin janvier. Pas assez rapide, rétorque l’élu LR : "Il y a 15 millions de Français qui ont plus de 65 ans. Là, on a vacciné qu’un million. Si on n’augmente pas, à ce rythme-là, il va falloir trente mois pour vacciner les Français les plus fragiles. C’est beaucoup trop long". 

Lire aussi

"Tout le monde peut comprendre qu’au début, ce soit compliqué de mettre en œuvre. Mais le gouvernement a quand même raté les masques, raté les tests, il ne faudrait pas qu’il rate la vaccination", a ensuite prévenu Frédéric Péchenard, à l’instar d’autres politiques qui ont rappelé les couacs précédents de l’exécutif au sujet des masques, pas assez nombreux, et des tests, dont les résultats ont pu prendre plus de 72h à être délivrés. " Dans la région dans laquelle je suis élu, Valérie Pécresse a donné les masques. Ensuite nous avons acheté des tests. Malheureusement, nous ne pouvons pas acheter de vaccins", a conclu l’élu.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 20.000 nouveaux cas ce dimanche

Marthe Villalonga, un amour caché pendant 50 ans

EN DIRECT - États-Unis : "Le voyage est loin d'être terminé", assure Trump à ses supporters

Désormais autorisé dans les cabinets médicaux, le vaccin AstraZeneca est en forte progression

PHOTO - La Nasa publie une vue panoramique de Mars prise par Perseverance

Lire et commenter