Vaccination : "La meilleure réponse à la défiance n'est pas l'obligation" assure Olivia Grégoire

Vaccination : "La meilleure réponse à la défiance n'est pas l'obligation" assure Olivia Grégoire

INTERVIEW - Invitée politique vendredi 4 décembre 2020, Olivia Grégoire, secrétaire d'Etat auprès du Ministre de l'Économie, est notamment revenue sur la politique de vaccination contre le Covid-19 présentée par le gouvernement jeudi soir.

Après l'étape des tests, l'étape des vaccins. Le Premier ministre a exposé jeudi 3 décembre en conférence de presse la stratégie du gouvernement pour mener sa politique de vaccination contre le Covid-19. Invitée politique ce vendredi 4 décembre, Olivia Grégoire, soutient la nécessité de transparence auprès des Français, ayant appris "des atermoiements passés".

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

"Expliquer, démontrer, donner la cadence... Toute l'explication qu'ont fait Jean Castex et Agnès Pannier-Runacher jeudi avait un seul objectif : dire qu'on a travaillé et qu'on a préparé, voici comment nous allons faire", assure la secrétaire d'État auprès du Ministre de l'Economie. "C'est expliquer la transparence pour éviter tout imbroglio, toute crise autour de 'on nous cacherait quelque chose'." 

Ne pas contraindre les Français, mais les encourager

Une vaccination qui ne peut être que volontaire : "La meilleure réponse à la défiance, ce n'est pas l'obligation, c'est plutôt la confiance, la transparence et la liberté" explique Olivia Grégoire. "Il ne faut pas contraindre et forcer mais encourager". La secrétaire d'État rappelle aussi la nécessité d'exemplarité du gouvernement, ainsi que d'être dans "la modestie et l'humilité" martèle-t-elle : "Il va falloir aussi qu'on se fasse vacciner et qu'on montre qu'il n'y a pas de danger". 

Concernant la commission d'enquête qui a mené plus de 50 auditions, dont celle de l'ex-Premier ministre Édouard Philippe et de plusieurs ministres de la Santé successifs, durant quelque 130 heures au total et qui dénonce "un pilotage défaillant du gouvernement dans la crise", Olivia Grégoire précise que "cette commission parlementaire était en partie dirigée par l'opposition" : "Il y a peut-être une once de subjectivité dans ce jugement" conteste-t-elle. Elle soutient par ailleurs que "l'histoire jugera l'action du gouvernement".

"Amazon, ce n'est ni le diable, ni un ange"

En pleine crise économique, amplifiée par l'incompréhension suscitée concernant la non-réouverture des stations de ski, la secrétaire d'État auprès du Ministre de l'Économie apporte malgré tout "une bonne nouvelle" ce vendredi : "Ce second confinement n'a pas été aussi mortifère pour l'économie que le premier" dit-elle. "Il a coûté trois fois moins cher à notre économie (...) On a une économie certes qui souffre, mais qui a été incroyablement accompagnée, le mieux de toute l'Europe en termes de chômage partiel (...) elle a en elle une capacité de rebond et on l'a vu à la fin du premier confinement, c'est la France qui a obtenu les premiers frémissements de rebond cet été en termes de consommation, plus que les autres pays européens. On a le droit d'être un peu optimiste."

Lire aussi

Ce vendredi de Black Friday, initialement prévu le 27 novembre mais repoussé d'une semaine, met par ailleurs en exergue la concurrence d'Amazon qui a provoqué bien des controverses pendant le confinement et continue d'en susciter : "Ce n'est ni le diable, ni un ange" relativise Olivia Grégoire, jugeant qu'on "aime bien se faire peur dans notre pays". "Amazon est un acteur mais il y en a beaucoup d'autres (...) Aujourd'hui, il y a des alternatives à Amazon, à nous de les promouvoir (...) Il faut surtout numériser nos commerçants et encourager les Français, et non pas les contraindre, à avoir un réflexe : regarder lorsqu'on va en ligne, si ça n'existe pas en France". 

Découvrez le podcast L’interview politique

Écoutez le podcast votre plateforme d’écoute préférée 

Sur APPLE PODCAST 

Sur SPOTIFY 

Sur DEEZER 

Dans ce podcast, LCI reçoit, du lundi au vendredi, un invité politique ou membre de la société civile de premier plan pour l’interroger sur les questions d’actualité. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la Haute autorité de santé préconise d’élargir à 6 semaines le délai entre les 2 doses de vaccin à ARNm

Biden à la Maison Blanche : comment il a redécoré le Bureau ovale

EN DIRECT - Impeachment : le procès en destitution de Donald Trump commencera la 2e semaine de février

Comment la Chine se trouve de nouveau confrontée à l’épidémie, un an après son apparition

"On peut passer à autre chose" : greffe des bras et des épaules réussie pour Felix Gretarsson, une première mondiale

Lire et commenter