Épisode 22 – Thierry Bizot : "La télé c’est la communion, la lecture un plaisir personnel"

Épisode 22 – Thierry Bizot : "La télé c’est la communion, la lecture un plaisir personnel"
Les gens qui lisent sont plus heureux

Toute L'info sur

#PODCAST - Les Gens Qui Lisent Sont Plus Heureux

PODCAST - Producteur de télévision, Thierry Bizot publie "Un petit coup de jeune" (Seuil). L’histoire d’un présentateur qui se réveille à l’hôpital après un accident qui lui a fait oublier les 16 dernières années de sa vie. Il est l’invité du podcast "Les Gens Qui Lisent Sont Plus Heureux".

Et si, à l’heure où les réseaux sociaux vampirisent nos cerveaux, prendre le temps de lire un livre était devenu un acte de résistance ? "Les Gens Qui Lisent Sont Plus Heureux", c’est un podcast consacré au plaisir de la lecture, sous toutes ses formes et sans aucun préjugé.

Dans cet épisode, je pars à la rencontre du producteur de télévision Thierry Bizot. Avec son associé Emmanuel Chain, il dirige Elephant, une société à l’origine de quelques uns des programmes préférés des Français. Des magazines comme "Sept à Huit" et "Les Pouvoirs extraordinaires du corps humain". Des fictions aussi, comme "Parents mode d’emploi" ou "Fais pas ci, fais pas ça", un immense succès que Thierry Bizot a imaginé avec son épouse Anne Giafferi.

Lorsqu’il a encore un peu de temps dans son emploi du temps bien chargé, ce passionné de belles histoires écrit des livres. En 2008, il racontait sa conversion dans "Catholique Anonyme", un récit porté à l’écran avec "Qui a envie d’être aimé ?". Cet été, il a publié "Un petit coup de jeune", un roman à la fois drôle et mélancolique aux éditions Seuil.

C’est l’histoire d’Eric Sadge, un chroniqueur télé qui se réveille un matin de 2017 à l’hôpital après un accident qui lui a fait oublier les 16 dernières années de sa vie. Il pense avoir 35 ans, il en a réalité 51. Et le monde dans lequel il se retrouve a bien changé. Thierry Bizot m’a reçu dans les locaux d’Elephant pour parler de ce roman savoureux, de lecture, de télévision et de spiritualité aussi…

Sur le point de départ du roman

"Dans la fiction, quand on parle d’amnésie, on a souvent le type qui se réveille et qui a tout oublié, il ne sait plus comment il s’appelle, etc. Je trouvais plus intéressant d’étudier le cas plus rare des amnésies partielles. Ces gens oublient une partie de leur vie. C’est l’histoire de mon héros : vu de son côté, il a 35 ans, il est chroniqueur dans une émission culturelle, il est marié, il a un petit garçon de 7 ans. Tout va bien. Et puis il se réveille à l’hôpital et on lui dit qu’il a 51 ans. Son corps a vieilli, son fils a grandi, il a quitté sa femme pour une autre, plus jeune, qu’il ne reconnaît pas du tout. Sachant qu’il a oublié les 16 dernières années de sa vie, je me suis demandé dans quel domaine les choses avaient beaucoup changé ces dernières années. Et j’ai vite pensé au milieu des médias que je connais bien."

Sur le plaisir de la lecture

"Lire est un plaisir singulier, unique et irremplaçable pour ceux qui l’ont rencontré. Vous créez vos propres images. Votre femme peut être en train de lire le même livre que vous et elle ne vit sans doute par la même expérience... Sans parler du fait qu'elle lit plus vite ! (...) Entre lire un bon livre et regarder une bonne série, ce sont deux plaisirs incomparables et qui ne sont pas substituables. Ceux qui ont la chance d’apprendre aimer à lire n’arrêteront jamais. Ils liront peut-être moins parce qu’ils sont très sollicités. C’est pareil avec la télévision. Depuis l’arrivée des jeux vidéo, d’Internet,  des réseaux sociaux, des plateformes, on nous dit c’est terminé, c’est foutu. Or en 20 ans, la durée d’écoute de la télé n’a quasiment pas changé."

Lire aussi

Sur l’avenir de la télévision

"La télé souffre parce que la publicité s’est émiettée sur plusieurs chaînes puis a donné une part à Internet. Elle a donc moins de moyens qu’avant. Mais elle est loin d’être morte. D’abord parce que c'est le loisir le plus économique qui existe. Et puis c’est ce qui permet à une écrasante majorité de Français de s’informer, de se cultiver, de voyager, d’apprendre des choses. La télévision apporte de la communion. C’est vrai pour les grands événements sportifs, la mort de Johnny ou le débat d’entre deux tours. Mais aussi lorsqu’une chaîne rediffuse pour la 42e fois "La grande vadrouille" : ça fait 7 millions de personnes ! Tout le monde a le DVD. Mais ce n’est pas pareil de regarder le film en même temps que les autres."

Sur l’affaire Yann Moix

"Si on touche les gens, c’est parce qu’on y met des choses vraies de soi. Même sans avoir voulu le faire. Ça vaut pour un livre, comme pour une fiction télé ou un tableau. On cherche à provoquer une émotion et le lecteur nous en est reconnaissant parce qu’on l’a renseigné sur lui-même. On l’a fait grandir. Dire ‘ce que je raconte là, c’est ma vraie vie’ comme argument de vente, et après dire ‘ce n’était pas ma vraie vie, mais ça vous a quand même touché’… On peut juger de la valeur morale de la démarche. Il y a un peu de ça chez Yann Moix, James Frey ou Alexandre Jardin. Après, qui suis-je pour douter de leur sincérité ?".

Voir aussi

>> Pour retrouver tous les épisodes du podcast "Les Gens Qui Lisent Sont Plus Heureux", c'est par ici

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter