Épisode 10 - Nicolas Mathieu : "Les livres m’ont aidé à déconstruire mes complexes sociaux"

Les gens qui lisent sont plus heureux

Toute L'info sur

#PODCAST - Les Gens Qui Lisent Sont Plus Heureux

LIVRES - Lauréat du prix Goncourt 2018 pour son deuxième roman, "Nos Enfants Après Eux" (Actes Sud), Nicolas Mathieu est l’invité du podcast "Les Gens Qui Lisent Sont Plus Heureux". L’occasion d’évoquer ses auteurs fétiches, l’importance de la lecture dans son parcours personnel et aujourd'hui dans sa relation avec son petit garçon.

Et si, à l’heure où les réseaux sociaux vampirisent nos cerveaux, prendre le temps de lire un livre était un acte de résistance ? "Les Gens qui lisent sont plus heureux", c’est un podcast consacré à la passion de la lecture, sous toutes ses formes, sans préjugé. A chaque épisode, je pars à la rencontre d’une personnalité qui partage avec nous sa passion des livres. Et bien plus encore !


Dans cet épisode, mon invité est l'écrivain Nicolas Mathieu. Le 7 novembre dernier, ce Lorrain de naissance s'est vu remettre le prix Goncourt 2018 pour son deuxième roman, "Leurs enfants après eux" (Actes Sud). Une fresque intime qui puise dans ses souvenirs de jeunesse, dans les années 1990, dans une région sinistrée par la désindustrialisation. 


Ses héros, ce sont Anthony, Steph et Hacine, trois ados qu’on va suivre durant quatre étés, entre amour et violence, du triomphe de "Smells Like Teen Spirit" de Nirvana à celui de l’équipe de France de Zinédine Zidane. Avant de décrocher la plus prestigieuse des récompenses littéraires, ce roman puissant avait déjà séduit de nombreux lecteurs. Par sa fibre sociale, son mélange de tendresse et de sensualité aussi.

>> Pour télécharger cet épisode sur iTunes Store, c'est par ici

>> Pour l'écouter en streaming sur Deezer, c'est par ici

>> Pour l'écouter en streaming sur Soundcloud, c'est par ici

>> Pour l'écouter en streaming sur Spotify, c'est par ici

S’il est titulaire d’une maîtrise en cinéma – son mémoire portait sur le réalisateur américain Terrence Malick – Nicolas Mathieu doit tout à la lecture. Ou presque. "Certaines des plus grandes joies de mon existence, et ce qui lui a donné sens, la discipline que j’ai depuis plus longtemps, c’est la lecture. Ne pas lire, ça me rend malheureux. Je perds le cap", confie l’écrivain qui a grandi à Epinal, dans un quartier populaire pas si différent de celui de ses héros de papier.


"J’ai changé de monde en cours de route, je venais d’un monde pas cultivé. Et par la lecture, j’ai réussi à compenser certaines choses", se souvient-il. "Si aujourd’hui je n’ai pas honte dans un dîner, si je me sens moins complexé quand je rencontre des gens qui sont mieux nés que moi, c’est grâce à des livres. Soit des livres qui m’ont apporté la culture qui me manquait. Soit des livres qui m’ont aidé à déconstruire mes complexes sociaux."

Aujourd’hui papa d’un petit garçon, Nicolas Mathieu partage sa passion des livres avec lui. "Le plaisir élémentaire des histoires et de l’imaginaire, je le retrouve aujourd’hui avec mon fils", savoure-t-il. "Et je vois cette rage qu’il a de découvrir des histoires, le récit, les personnages. Comment il veut que ça l’emporte. Et aussi cette joie enfantine des histoires répétées. Les enfants, ils adorent qu’on leur raconte toujours la même histoire. Parce qu’ils en ont le délice sans l’anxiété." 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter