Affaire Benalla : Ismaël Emelien, futur ex-conseiller d'Emmanuel Macron, entendu par l'IGPN en janvier

Police
ENQUÊTE - Le conseiller spécial du président a confirmé à LCI avoir été entendu par la police des polices, fin janvier, dans le cadre de l'affaire Benalla. L'ex-chargé de mission de l'Elysée avait affirmé lui avoir transmis des images de vidéosurveillance de la journée du 1er mai 2018, obtenues illégalement auprès de la police.

Le "conseiller spécial" d'Emmanuel Macron Ismaël Emelien, mis en cause dans l'affaire Benalla, a été entendu le 16 janvier en audition libre par l'Inspection générale de la police nationale, a appris LCI vendredi 8 mars, confirmant une information du Point. "J'ai pu apporter toutes les réponses qui m'étaient demandées", a indiqué ce proche du président à LCI.


Ismaël Emelien, qui avait annoncé son futur départ de l'Elysée en début d'année, faisant valoir l'écriture d'un livre sur le progressisme. Il a été mis en cause dans l'affaire Benalla depuis que l'ex-chargé de mission du président a affirmé aux enquêteurs lui avoir transmis des images de vidéosurveillance de la place de la Contrescarpe, obtenues illégalement auprès de la police et destinées à le disculper dans le déroulé des violences du 1er-Mai.

Ces bandes, transmises à Benalla par le commissaire Maxence Creusat, montraient le couple violenté place de la Contrescarpe jetant des objets non identifiés en direction des policiers. Un comportement qu'Alexandre Benalla avait souligné pour justifier son passage à l'acte, le 1er mai. Cette vidéo avait été obtenue illégalement, ce qu'Ismaël Emelien s'est défendu d'avoir connaissance auprès des enquêteurs. Un détail de taille, puisqu'il éviterait, s'il était avéré, relève Le Monde, au conseiller d'être exposé à une complicité de recel. 


Conseiller de crise du président, Ismaël Emelien a assuré aux enquêteurs avoir agi pour "assurer la défense de l'Elysée et du président de la République, qui étaient pris à partie dans cette crise". Il leur a également livré l'identité d'un des comptes Twitter qui a relayé les images de la Contrescarpe, dans une contre-offensive médiatique pour discréditer le couple molesté : il s'agit d'un salarié de La République en marche

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Benalla, l'affaire sans fin

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter