Affaire Epstein : l'association Innocence en danger affirme avoir recueilli dix témoignages de victimes présumées ou témoins

Police

Toute L'info sur

Jeffrey Epstein, le milliardaire qui exploitait sexuellement des mineures

SCANDALE - L'association Innocence en danger affirme avoir reçu une dizaine de témoignages dans le cadre de l'affaire Epstein. Des témoignages de victimes présumées ou de témoins.

Une dizaine de témoignages... C'est le nombre de personnes qui ont répondu à l'appel à témoins d'Innocence en Danger ces dernières semaines, au sujet de l'affaire Epstein. Dès la fin juillet, l'association Innocence en danger avait adressé un signalement au procureur de la République de Paris pour alerter sur les agissements éventuels du financier américain dans la capitale française. 

Le 12 août dernier, dans une lettre publiée sur le site de l'Obs, l'association réclamait au parquet le lancement d'une enquête sur le volet français du scandale de trafic sexuel impliquant le milliardaire américain. Pour appuyer cette demande, l'association indiquait "de source fiable", "que plusieurs victimes du réseau prostitutionnel, créé par Jeffrey Epstein et ses complices, sont également de nationalité française". 

Aujourd'hui dans Le Parisien, elle réaffirme cette information et indique avoir reçu une dizaine de témoignages de personnes qui "se présentent soit comme victimes, soit comme témoins", indique sa présidente, Homayra Sellier. Certaines d'entre elles mettent en cause Jean-Luc Brunel, l'ancien patron d'agences de mannequins et ami du milliardaire américain. 

Lire aussi

Trois avocats vont centraliser les témoignages

Pour l'heure, ces témoignages sont en cours d'analyse par les juristes de l'association, avant d'être éventuellement transmis au parquet de Paris ainsi qu'aux enquêteurs américains. La présidente d'Innocence en danger indique que trois avocats centraliseront les témoignages et devront vérifier que les faits ne soient pas prescrits. 

Voir aussi

Dans ce scandale retentissant, les propriétés d'Epstein sont étudiées. L'homme d'affaires américain était propriétaire d'un appartement Avenue Foch dans le très cossu 16e arrondissement de Paris. Cet appartement a été longtemps fréquenté par Jean-Luc Brunel, fondateur en 1978 de la prestigieuse agence Karin Models, parti aux Etats-Unis lancer MC2 Model Management et apparaissant dès la première enquête sur M. Epstein, en 2007-2008, comme en attestent les extraits de documents publiés en 2015 dans le cadre d'une procédure civile intentée par une jeune femme qui affirme avoir été l'esclave sexuelle d'Epstein. 

Virginia Roberts affirme avoir été forcée à coucher avec M. Brunel et que trois jeunes filles de douze ans, venues de France avaient servi de "cadeau d'anniversaire" à Jeffrey Epstein. Le voyage aurait été organisé par le Français Jean-Luc Brunel qui dirigeait alors une agence de mannequins. Le parquet de Paris a fait savoir que "les éléments transmis (étaient) en cours d'analyse et de recoupement". "Les premières vérifications sont actuellement en cours afin de déterminer si une enquête doit être ouverte sur le territoire français", précise-t-il.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter