Affaire Matzneff : Vanessa Springora entendue dans le cadre de l'enquête pour viol sur mineur

Affaire Matzneff : Vanessa Springora entendue dans le cadre de l'enquête pour viol sur mineur
Police

Toute L'info sur

L’affaire Gabriel Matzneff, écrivain accusé de pédocriminalité

PÉDOCRIMINALITÉ - Vanessa Springora, autrice du livre autobiographique "Le Consentement", a été entendue par les enquêteurs ce mercredi. Dans cet ouvrage, elle dénonce sa relation sous emprise avec Gabriel Matzneff alors qu'elle avait 14 ans et les pratiques sexuelles de l'écrivain avec des mineurs.

Après son témoignage dans un livre, celui devant les enquêteurs. Vanessa Springora a été auditionnée ce mercredi 29 janvier par les policiers de l'Office central de répression des violences faites aux personnes (OCRVP), chargés de l'enquête sur l’affaire Matzneff. Depuis janvier, l'écrivain de 83 ans est en effet au cœur d'une enquête ouverte par le parquet de Paris pour viol sur mineur.

Lire aussi

Un témoignage clé

Cette décision faisait suite à la publication du roman autobiographique Le Consentement. Dans cet ouvrage, qui s'est hissé à la quatrième place des ventes en France la semaine dernière, l'autrice accuse Gabriel Matzneff d'avoir profité de son jeune âge pour entretenir avec elle une relation grâce à une forme d'emprise psychologique. Elle n'avait en effet que 14 ans lorsqu’elle a été séduite par l'homme qui en avait plus de 50. 

En vidéo

Polémique Matzneff : de quoi s'agit-il ?

Si elle écrit son histoire, l'éditrice de 47 ans n'avait cependant pas souhaité porté plainte. D'une part car les faits – qui ont eu lieu dans les années 80 – sont prescrits. Et de l'autre car, malgré la décision de parler, elle assurait dès le 1er janvier ne pas vouloir devenir la "porte-parole de quoi que ce soit". 

Sauf qu'ici, son passage devant les enquêteurs dépasse sa propre histoire. Car si son roman est devenu un événement de la rentrée littéraire, il est aussi un témoignage clé. Vanessa Springora y décrit en effet également un homme au comportement de prédateur, faisant du tourisme sexuel en Asie. "Au-delà des faits décrits", l'enquête doit s'attacher "à identifier toutes autres victimes éventuelles ayant pu subir des infractions de même nature sur le territoire national ou à l'étranger", expliquait ainsi le procureur de Paris, Rémy Heitz, au début du mois. 

Voir aussi

Des faits qui ne sont pas niés par le principal intéressé. Au contraire. Après les avoir lui-même racontés dans ses écrits, il les assume encore aujourd'hui. Si celui qui est désormais reclus dans un hôtel de la riviera italienne dit regretter ses actions, il refuse cependant de parler de "crimes". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent