Agression sexuelle dans les couloirs du métro parisien : l'agresseur condamné à trois mois de prison avec sursis

Agression sexuelle dans les couloirs du métro parisien : l'agresseur condamné à trois mois de prison avec sursis

Police
DirectLCI
FAIT DIVERS - Jeudi 8 novembre, l'homme qui avait agressé sexuellement Adélaïde le 29 octobre dernier dans les couloirs du métro parisien, a été condamné à trois mois de prison avec sursis.

Jugé jeudi 8 novembre au tribunal correctionnel de Paris, l'homme qui avait agressé sexuellement Adélaïde dans les couloirs du métro parisien le 29 octobre dernier a été condamné à trois mois de prison avec sursis, révèle Le Parisien. Le Moldave de 24 ans, ancien policier dans son pays, était jugé pour avoir mis une main aux fesses de sa victime, lui avoir adressé un clin d’œil juste après les faits, et lui avoir lancé plusieurs sourires qualifiés de "glaçants" par la jeune femme.

L'homme avait été arrêté le 5 novembre dernier. Si l'enquête a pu être déclenchée et aller aussi vite, c'est notamment parce qu'Adélaïde avait filmé son agresseur après les faits et avait diffusé la vidéo sur les réseaux sociaux. La police des transports, avec l'examen de la vidéosurveillance de la gare, avait alors pu "tracer" le suspect grâce à son passe Navigo, et ce dernier a été interpellé à la gare de Fontenay-sous-Bois.

J'ai pu lui heurter le coude en la dépassant"Le suspect, à la barre

Le tribunal a expliqué que même si les faits ne sont pas visibles sur les images de vidéosurveillance, les séquences enregistrées par Adélaïde et le matériel de la station Gare de Lyon, ne permettent pas de remettre en cause la réalité des faits avancés par la victime. 


Le suspect, lui, nie toute agression. Il a expliqué au tribunal ne pas avoir pu mettre de main aux fesses de la jeune femme car il ne les sort jamais de ses poches. "Je veux toujours les avoir sur mon téléphone et mon portefeuille, j'ai peur des voleurs. Ce n'est pas moi ou alors c'est une confusion : j'ai pu lui heurter le coude en la dépassant", a-t-il déclaré. "Moi, je suis venu en France pour travailler dans le bâtiment, parce que les policiers sont très mal payés, en Moldavie. Pas pour commettre des délits", a-t-il ajouté, selon les informations du Parisien

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter