Agressions antisémites à Sarcelles : six adolescents interpellés

Police

FAIT DIVERS - Six mineurs âgés de 14 à 16 ans ont été interpellés, soupçonnés d'être impliqués dans plusieurs vols ou extorsions commis avec la circonstance aggravante d'"antisémitisme" dans un quartier de Sarcelles (Val-d'Oise) où vit une importante communauté juive.

Les enquêteurs ont très vite identifié des suspects. Cette semaine, six mineurs âgés de 14 à 16 ans ont été interpellés, soupçonnés d'être impliqués dans plusieurs vols ou extorsions commis avec la circonstance aggravante d'"antisémitisme" dans un quartier de Sarcelles (Val-d'Oise) où vit une importante communauté juive.

Une information judiciaire a été ouverte le jeudi 20 décembre à l'encontre ce ces six mineurs," auteurs présumés actuellement de dix faits d’extorsion ou de vol avec la circonstance aggravante en raison de l’appartenance à une religion compte tenu du contexte, indique le parquet de Pontoise

Lire aussi

"Alors, t'as peur la juive?!"

Ces faits d'extorsion ou de vol ont été commis ces trois dernières semaines dans le quartier dit de la "Petite Jérusalem", a indiqué le parquet de Pontoise. Le parquet a retenu la circonstance aggravante de faits commis "en raison de l'appartenance à une religion", compte tenu du lieu où ils se sont déroulés et du port apparent de signe religieux de plusieurs victimes. Selon une source proche de l'enquête, les mineurs, qui agissaient à deux ou en groupe, sont soupçonnés d'avoir volé des téléphones ou des sacs à mains à leurs victimes dans la rue.

La dernière agression remonte à lundi. Vers 19 heures, une jeune femme de 20 ans avait été agressée par deux adolescents. Selon son témoignage recueilli par la police, ils lui avaient donné un coup de poing avant d'arracher son sac à main et de proférer des insultes antisémites. Ils auraient notamment hurlé :  "Alors, t'as peur la juive?!". 

En vidéo

Hausse d'actes antisémites : "L'antisémitisme est profondément ancré dans notre pays"

"Agression lâche et ignoble"

Le maire de la ville Patrick Haddad (PS) avait condamné une agression "lâche et ignoble". "Nous ne laisserons rien, ni personne, briser ce qui constitue à la fois notre histoire, notre modèle et notre projet", avait ajouté l'édile de cette ville multiculturelle au nord de Paris. 

Selon leur âge, leur passé et le nombre de faits qui leur sont reprochés, le parquet a requis le placement en détention provisoire pour l'un des mineurs, le placement en centre éducatif fermé pour quatre autres et sous contrôle judiciaire pour le dernier, avec notamment interdiction de revenir dans le quartier. 

"Les investigations se poursuivent pour identifier l'ensemble des auteurs présumés", a ajouté le parquet. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter