Agressions homophobes à répétition : un couple de lesbiennes violemment pris à partie à Paris

Police

AGRESSIONS À RÉPÉTITION - Sur son compte Facebook, l'association Urgence Homophobie relaye ce jeudi le visage d'une victime d'agression lesbophobe à Paris. Une enquête a été ouverte et confiée au SAIP du IXe arrondissement de la capitale.

Encore une. Depuis quelques mois, les attaques homophobes s'enchaînent dans la capitale. Ce vendredi 2 octobre, Urgence Homophobie relaye  sur son compte Facebook la photo du visage tuméfié d’une nouvelle victime. Selon l’association d’accueil des personnes LGBT+ en danger dans leur pays, la jeune femme aurait été agressée dans le IXe arrondissement de la capitale dans la soirée de mercredi.

Ce visage est celui d’Alexandra. Guillaume Mélanie, président de l'association, explique sur ses comptes officiels qu’elle a "plusieurs fractures de la face". Œil au beurre noir, elle devrait être opérée "à priori" la semaine prochaine. Elle a porté plainte tandis que sa compagne a pu déposer son témoignage. Selon une source judiciaire, une enquête a été ouverte du chef de "violences commises en raison de l'orientation sexuelle dans un lieu destiné à l'accès à un transport collectif de voyageur".

21 jours d'ITT

Selon une source policière citée par l'AFP, la femme embrassait sa compagne à un arrêt de bus dans le IXe arrondissement de Paris lorsqu'un homme a tiré les cheveux de cette dernière. Alexandra a alors poursuivi l'individu, cherchant à comprendre les raisons de son geste. C'est alors qu'il lui aurait donné un coup de poing. Une violence qui s’exprime par les constatations médicales puisque l'agression aurait entraînée 21 jours d’incapacité totale de travail (ITT). De quoi pousser le président d’Urgence Homophobie à se demander : "Jusqu’à quand ?"

Interrogé par LCI, Guillaume Mélanie explique avoir vu "s’enchaîner les agressions" ces derniers mois. En contact avec Alexandra, il n’a pas hésité à transmettre l’information directement à Anne Hidalgo, la maire de Paris, qui aurait, selon lui, saisi le parquet. Lui-même agressé il y a près de deux semaines, il estime avoir de la "chance" de vivre à Paris, saluant la rapidité d'action de la municipalité. "Je suis en liaison directe avec eux. Ils sont hyper réactifs."

Lire aussi

Se décrivant lui-même comme un "acteur" de la cause et une "victime" des agressions homophobes, il aimerait voir l’investissement de la ville de Paris à l’échelle du pays. En attendant, il compte "combattre cette haine par l’amour" notamment à grands coups d’éducation. Il explique vouloir "mettre en place des interventions en milieu scolaire dans tous les établissements, que ce soit en métropole, dans les campagnes ou en Dom-TOM."  Car pour lui, c'en est assez du sentiment d’impunité qui règne chez les agresseurs. Il prône la "tolérance zéro." 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter