Adolescent de 15 ans abattu dans le Nord : deux suspects mis en examen pour assassinat

Police

FAIT DIVERS - Le mystère entourant la mort d’Yvanson, un adolescent de 15 ans abattu à bout portant d’une balle dans la tête mercredi soir près de Douai (Nord), se dissipe peu à peu. Jeudi, un cousin de la victime, reconnu par la mère au moment des faits, a été placé en garde à vue. Ce vendredi, le parquet a fait savoir qu'une deuxième personne était également entendue par les enquêteurs. Les deux hommes ont été mis en examen samedi.

Que s’est-il exactement passé, mercredi soir aux alentours de 22h, dans cet immeuble en briques rouges de deux étages de la petite résidence de la rue Edmond-Labeau, à Aniche (Nord), situé à 100 mètres à peine du commissariat ? Yvanson, adolescent de 15 ans originaire de Guyane, a été abattu à bout portant à l’entrée de son appartement d’une balle de fusil à canon scié en pleine tête, par l’un des trois hommes venus sonner à la porte et ayant ensuite pris la fuite.  

Il est mort dans les bras de sa mère.- La tante de la victime

Le motif de cet homicide demeure inconnu, mais l'enquête a déjà progressé. Dans un premier temps, la thèse d’un différend sur fond de trafic de drogue a été privilégiée par la police judiciaire de Lille. Mais l’attention se focalise désormais sur un individu, cousin de la victime, résidant dans le même immeuble, qui a été reconnu par la mère d’Yvanson parmi les trois agresseurs au moment des faits, ce qui laisse plutôt penser à un drame familial… C’est, en tout cas, de ce cousin que le procureur de la République de Douai, Frédéric Teillet, a parlé jeudi soir en évoquant "un jeune majeur déjà connu des services de police en garde à vue depuis le début de la matinée"...

Vendredi, le procureur a ajouté qu'"un deuxième individu se trouv[ait] désormais en garde à vue", sans préciser s'il s'agissait de l'une des trois personnes impliquées. A l'issue de leurs gardes à vue, les deux hommes  âgés de 19 ans et 35 ans "ont été présentés au juge  d'instruction, mis en examen pour assassinat et placés en détention  provisoire". L'enquête se poursuit pour  trouver la troisième personne.

Lire aussi

"Yvanson se trouvait chez lui, en train de jouer dans sa chambre", raconte Tatiana, la tante de la victime, dans les colonnes du Parisien. Dans un premier temps, ce voisin a sonné à l’appartement et la petite sœur d’Yvanson a ouvert. Il n’a rien dit et il est revenu quelques minutes plus tard avec ses deux complices cagoulés (le cousin ne l'était pas, ndlr). Cette fois, c’est Yvanson qui a ouvert la porte. Il a tenté de la refermer, avec l’aide de sa mère, mais en vain. Les agresseurs ont utilisé de la bombe lacrymogène et l’un d’eux a tiré par l’entrebâillement de la porte. Mon neveu a été touché à la tête. Il est mort dans les bras de sa mère." Et sous les yeux de ses trois petits frères et sœurs.

Un cousin qui "a très mal tourné"

Yvanson venait d’avoir 15 ans. Selon l'une de ses camarades de classe, citée par l’AFP, "il était gentil, il avait plein de copains, mais il ne sortait pas beaucoup". Il était totalement inconnu des services de police. Au contraire de son cousin. "Lui multiplie les bêtises et les séjours en prison. Il a très mal tourné, décrit un membre de la famille, toujours dans Le Parisien. C’est terrible de se dire qu’il a mangé dans le même plat, bu dans le même verre et mangé avec la même cuillère que nous. Mais je ne comprends absolument pas pourquoi il aurait voulu s’en prendre à Yvanson. Il n’avait jamais eu de problème avec lui." Pour Tatiana, il pourrait s’agir d'"un cambriolage qui a mal tourné".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter