Attaque au couteau à Paris : "C’est quelqu’un de râblé, avec un hachoir", affirme un journaliste témoin de la scène

Attaque au couteau à Paris : "C’est quelqu’un de râblé, avec un hachoir", affirme un journaliste témoin de la scène
Police

TÉMOIGNAGE - Une attaque au couteau a eu lieu ce vendredi près des anciens locaux de "Charlie Hebdo", dans le XIe arrondissement à Paris. Deux salariés de "Premières Lignes", pour qui travaillent les deux victimes, et un habitant du quartier racontent la scène à LCI.

Le quartier des anciens locaux de Charlie Hedbo a une nouvelle fois été le théâtre, ce vendredi, d'un drame. Alors que se tient justement le procès des attentats meurtriers qui avait notamment visé sa rédaction, un individu, armé d'une machette, a attaqué deux personnes rue Nicolas-Appert, dans le 11e arrondissement. Les deux victimes ont été transportées à l'hôpital mais leur pronostic vital n'est pas engagé, a précisé la préfecture de police de Paris.

Des salariés de la la société de production "Premières lignes", déjà témoins des attentats contre Charlie Hedbo (leur rédaction se trouvait en face de la porte d'entrée de celle de l'hebdomadaire satirique, ndlr), ont pu apercevoir l'assaillant qui prenait la fuite. Paul Moreira, un des responsables de la société, a été interviewé par LCI à la suite de cette attaque. "En bas de notre immeuble, deux de nos collaborateurs ont été blessées. On ne connait pas encore l’état de leurs blessures. L’assaillant est reparti par le métro. Là, c’est blindé de policiers. Des gens de chez nous l’ont aperçu, c’est quelqu’un de râblé, avec un hachoir, ce qu’on appelle une feuille de boucher", témoigne-t-il.

Lire aussi

Des gens munis de barres à mine sont ensuite sortis de l’immeuble pour essayer de rattraper l’assaillant.- Un voisin qui a assisté à la scène depuis son balcon.

Alerté par les hurlements, un habitant du quartier a assisté à une partie de l'attaque depuis son balcon. "J’ai vu une femme avec le visage ensanglantée. Elle avait une grande entaille sur le crâne et sur le visage. Elle se tenait la tête entre les mains en hurlant. Des personnes sont venues lui porter secours et l’ont mis à l’abris. Des gens munis de barres à mines sont ensuite sortis de l’immeuble pour essayer de rattraper l’assaillant", relate-t-il au micro de LCI.

En vidéo

Attaque au couteau à Paris : le témoignage d'un voisin

Il n’y avait absolument aucune force de l’ordre devant cet immeuble depuis le début du procès.- Luc Hermann, journaliste chez Première Ligne

Luc Hermann, journaliste à l'agence "Premières Lignes", est revenu auprès de LCI sur les minutes qui ont suivi l'attaque. Il raconte que l'un des salariés de la société de production, blessé, a pu se réfugier dans un "jardinet" avant d'être emmené rapidement à l'hôpital par les pompiers. "Notre équipe a été évacuée dans un théâtre voisin, qui s’appelle le théâtre de la Comédie Bastille. Il se trouve que c’est le théâtre qui a accueilli les victimes et leurs proches lors de l’attentat du 7 janvier contre Charlie Hebdo. Toutes les équipes sont sous le choc de cet attaque extrêmement violente", poursuit-il avant de dénoncer le fait que depuis le début du procès des attentats du 7 janvier, la rue n'était "absolument pas sécurisée". "Il n’y avait absolument aucune force de l’ordre devant cet immeuble depuis le début du procès et cela interroge très fortement", souligne-t-il.

Toute l'info sur

Attaque à l'arme blanche près de l'ex-siège de Charlie Hebdo à Paris

Un des auteurs présumés de l'agression a été interpellé place de la Bastille. Un second suspect a été interpellé non des lieux de l'attaque un peu plus tard. Une information judiciaire a été ouverte par le parquet national antiterroriste (Pnat) pour "tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs terroriste criminelle".  L'enquête a été confiée à la police judiciaire parisienne et à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

Sur le même sujet

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent