Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo à Paris : qui sont les deux victimes ?

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo à Paris : qui sont les deux victimes ?
Police

ENQUETE - Un homme et une femme ont été blessés, ce vendredi 25 septembre, dans une attaque à l'arme blanche perpétrée près des anciens locaux de Charlie Hebdo à Paris. Il s'agit de deux employés de la société de production Premières lignes, qui collabore notamment avec le magazine de France 2 "Cash Investigation".

Ils fumaient en bas de l'immeuble situé au 6, rue Nicolas Appert lorsqu'ils ont été attaqués à l'arme blanche. Les deux personnes blessées ce vendredi près des anciens locaux de Charlie Hebdo à Paris sont deux collaborateurs de la société de production Premières Lignes, qui travaille pour le magazine de France 2 "Cash Investigation" et qui est installée à cette adresse.

Luc Hermann, journaliste à Premières lignes, a indiqué sur LCI qu'il s'agissait d'un homme et d'une jeune femme "attaqués en même temps par le même assaillant". Ils "discutaient dans l’encadrement de la porte de l’immeuble", celui où a été décimée la rédaction de Charlie Hebdo en janvier 2015.

Lire aussi

"Deux collègues fumaient une cigarette en bas de l'immeuble, dans la rue. J'ai entendu des hurlements. Je suis allée à la fenêtre et j'ai vu un de mes collègues, taché de sang, être poursuivi par un homme avec une machette dans la rue. On sait que nos deux collègues sont blessés, mais nous n'en savons pas davantage pour le moment", a raconté une employée de Premières lignes à l'AFP.

Toute l'info sur

Attaque à l'arme blanche près de l'ex-siège de Charlie Hebdo à Paris

Sur LCI, Luc Hermann a ajouté que le "collaborateur s’est réfugié dans un petit jardinet. Les pompiers sont arrivés extrêmement vite et il a été évacué à l’hôpital"

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Le gouvernement envisage des mesures de durcissement nationales "dans les jours à venir"

Appelés à "défendre l’intérêt" du pays, les musulmans de France s’inquiètent d’une surenchère

Par âge, avec écoles ouvertes, local ou juste le week-end... 5 nuances de confinement

Le Maroc condamne la publication des caricatures de Mahomet

"Trop risqué", des médecins mettent en garde contre les conséquences d'un éventuel reconfinement

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent