Attentat avorté de Villejuif : prison à perpétuité pour Sid-Ahmed Ghlam

Attentat avorté de Villejuif : prison à perpétuité pour Sid-Ahmed Ghlam

PROCÈS - Sid-Ahmed Ghlam a été condamné ce jeudi à Paris à la réclusion criminelle à perpétuité pour le projet d'attentat contre une église de Villejuif et l'assassinat d'Aurélie Châtelain, une jeune femme de 32 ans, en avril 2015.

Ses regrets tardifs n'ont pas suffi. Pour la première fois depuis le début de son procès pour l'attentat avorté contre une église de Villejuif (Val-de-Marne) et l'assassinat d'une jeune mère de famille en avril 2015, Sid-Ahmed Ghlam a exprimé un repentir ce jeudi. "Je regrette amèrement mon parcours", a déclaré l'accusé, invité à prendre une dernière fois la parole devant la cour d'assises spéciale de Paris. "Je culpabiliserai toute ma vie", a-t-il ajouté, mais sans rien reconnaître des faits ni avoir un mot de compassion pour la famille de la victime. 

Des paroles qui n'ont rien changé au verdict, conforme aux réquisitions du parquet national antiterroriste : l'étudiant algérien de 29 ans a été condamné en fin de journée à la réclusion criminelle à perpétuité. 

Toute l'info sur

L’attaque au couteau meurtrière de Villejuif

"On est arrivé au bout de ce qu'on pouvait faire pour Aurélie"

L'accusé, debout dans son box, tête baissée, est resté de marbre à l'annonce de sa condamnation. De son côté, la famille d'Aurélie Châtelain a accueilli cette sentence avec émotion et soulagement. "On est arrivé au bout de ce qu'on pouvait faire pour Aurélie", a confié à l'AFP sa mère après le verdict. "Ça ne nous la rendra pas mais c'est ce qu'on attendait de la justice", a ajouté Marie-Evelyne Bantegnie, en pleurs.

L'ancien compagnon d'Aurélie Châtelain, Mickael Bazin, père de leur fille Juliette qui avait 4 ans au moment des faits, a exprimé son "soulagement". A l'annonce du verdict, l'homme qui avait ému toute la cour, y compris la plupart des accusés, en racontant comment la vie de Juliette avait basculé après la mort brutale de sa mère, est resté comme prostré durant plusieurs minutes.

Lire aussi

Sid-Ahmed Ghlam nie avoir commis ce meurtre qu'il met sur le compte d'un mystérieux complice dont aucune trace n'a été retrouvée par les enquêteurs. Tout en reconnaissant avoir "adhéré" à "l'idéologie" de l'Etat islamique (EI), l'étudiant a affirmé durant son procès qu'il avait renoncé "à franchir le mur" de l'attentat. Devant les enquêteurs, il avait soutenu que son projet d'attaque contre une église était juste destiné à "faire peur" aux paroissiens. Au cours des débats, il a raconté qu'il avait finalement renoncé à son projet d'attentat, "choqué" par la mort d'Aurélie Châtelain. Il avait aussi indiqué s'être volontairement blessé par balle à la cuisse pour échapper "aux représailles" de ses commanditaires en Syrie. 

La version de l'accusation, validée par la cour d'assises, est que Sid-Ahmed Ghlam a bien abattu Aurélie Châtelain pour lui voler sa voiture et qu'il s'est blessé accidentellement en remettant l'arme à sa ceinture. Sa blessure l'a contraint à renoncer à son attentat.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la détresse psychologique des salariés baisse, mais reste préoccupante

Enseignants menacés de mort à Marseille : un homme placé en garde à vue

VIDÉO - Texas : les images spectaculaires du crash d'un avion avec 21 personnes à bord, toutes rescapées

VIDÉO - Jean-Michel Blanquer réagit au phénomène "Squid Game" : "Ne laissez pas les enfants seuls devant les écrans"

Masques chirurgicaux : pourquoi il ne faut pas s'en débarrasser

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.