Attentat de Nice : le "héros au scooter" secouru après avoir tenté de se suicider

Police

Toute L'info sur

Attentat de Nice

DÉTRESSE - Ce jeudi midi, Franck, le "héros du scooter" de l'attentat de Nice, a menacé d'attenter à ses jours. Le Raid est intervenu, bouclant une partie du quartier où l'homme réside. Il a finalement été secouru, mis en sécurité et pris en charge par les secours.

Franck ne s'en est jamais vraiment remis. Ce jeudi 10 octobre, le Raid est intervenu dans le quartier de la Corniche fleurie, à l'ouest de Nice, pour porter secours au "héros au scooter" de l'attentat de Nice, comme le rapporte Nice Matin. Retranché chez lui, l'homme  - dont l'identité a été confirmé au quotidien local - a donné l'alerte en début d'après-midi. Il menaçait de mettre fin à ses jours. Le maire LR de Nice Christian Estrosi et le sous-préfet des Alpes-Maritimes se sont rendus sur place pour participer aux négociations. Ils sont parvenus à raisonner le père de famille, ce qui a permis de le secourir.

Sain et sauf, Franck a été mis en sécurité avant d'être hospitalisé. "Depuis quelques jours il était en détresse psychologique. Il porte le poids de la culpabilité car estime ne pas avoir sauvé assez de vies le soir du drame", ont indiqué les autorités. 

En vidéo

ARCHIVE - Attentat de Nice : un an après, le "héros au scooter" revient sur la Prom'

Je suis mal parce que j'aurais voulu faire plus- Franck, le "héros au scooter"

Le 14 juillet 2016, au guidon de son deux-roues, il avait risqué sa vie en se lançant à la poursuite d'un camion du terroriste, qui a fait 86 victimes sur la Promenade des Anglais. Arrivé au niveau de la cabine du poids-lourd blanc, l'ancien agent de sûreté aéroportuaire s'était accroché à la portière et avait asséné plusieurs coups au tueur. Une intervention cruciale qui avait permis aux policiers de stopper le tueur dans sa course meurtrière. Malgré les risques immenses qu'il a encourus, le "héros au scooter" s'en était sorti avec un gros hématome, une côte cassée et un petit enfoncement de la cage thoracique. 

Voir aussi

Nommé Chevalier de la Légion d'honneur lors des commémorations de l'attentat, Franck semblait depuis empreint d'un sentiment de résignation teinté de culpabilité. Suivi par un psychologue, il avait été atteint d'une forme d'amnésie. "Je pense souvent aux victimes, aux parents des victimes. Je suis mal à l'aise parce que j'aurais voulu faire plus...", nous confiait-il. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter