Au moins un blessé dans des affrontements après le blocage de l'A7 par des militants pro-Arménie

ILLUSTRATION

TENSIONS - Le blocage de l'A7 par des militants pro-Arménie a dégénéré ce mercredi, au niveau du péage de Vienne, dans l'Isère. Au moins un blessé est à déplorer.

La manifestation de soutien à l'Arménie dégénère. Des affrontements ont éclaté, mercredi 27 octobre, au niveau du péage de Vienne (Isère), sur l'A7, bloqué depuis le début de la matinée par des militants pro-Arménie. "Au moins une personne a été blessée par un objet de type marteau", a appris l'AFP auprès de la gendarmerie, alors que les médias locaux font état de l'arrivée sur place de partisans de la Turquie.

Le blessé, un homme de 23 ans, a été évacué en état d'urgence relative vers l'hôpital de Vienne, selon la radio France Bleu Isère, qui fait état de la présence sur place de plusieurs ambulances. Le Dauphiné Libéré fait pour sa part état de quatre blessés.

Depuis ce matin, la circulation sur l'autoroute était bloquée dans les deux sens. Vers 7h30, des bouchons étaient en formation tant en direction de Lyon que de Marseille, a indiqué le service d'information routière Bison Futé. La circulation a peu à peu repris, mais reste ralentie dans le secteur.

Un manifestant, se présentant sous le seul prénom d'Arthur, a expliqué que ce rassemblement était motivé par la crainte qu'un "deuxième génocide" soit en train de se reproduire en Arménie. Il a chiffré entre 300 et 400 personnes le nombre de manifestants sur place, tandis que Le Dauphine Libéré fait état de quelques dizaines de personnes. "On veut que ça s'arrête, on veut la paix", a-t-il expliqué à l'AFP. "On n'est que trois millions en Arménie et on se bat contre trois pays, la Turquie, l’Azerbaïdjan et la Syrie, sans compter les Israéliens qui fournissent les drones" servant à bombarder les positions arméniennes, a dénoncé ce manifestant, alors que d'autres scandaient derrière lui "reconnaissance !".

La communauté arménienne réclame la reconnaissance internationale de l'enclave séparatiste du Haut-Karabagh (ou Artsakh), peuplée d'Arméniens mais rattachée à l'Azerbaïdjan.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

EN DIRECT - Covid-19 : 12.580 cas positifs supplémentaires en 24 heures en France

Voici l'attestation de déplacement dérogatoire nécessaire à partir de ce samedi 28 novembre

EN DIRECT - Loi "sécurité globale" : Darmanin condamne "des violences inacceptables contre les forces de l'ordre"

Nombre de convives, aération... quels conseils pour passer des bonnes fêtes de fin d'année ?

Lire et commenter