Braquage sur les Champs-Elysées : les employés d'une banque séquestrés pendant plusieurs heures

Police
DirectLCI
ENQUÊTE - Selon nos informations, l'agence Milleis du rond-point des Champs-Elysées a été la cible d'un braquage ce mardi matin. Les suspects ont réussi à prendre la fuite. La brigade de répression du banditisme est saisie.

C'est une première depuis de nombreuses années : une banque a été attaquée en plein coeur de Paris, et le braquage aura duré plusieurs heures. Selon nos informations, plusieurs individus armés et cagoulés ont fait irruption dans l'agence bancaire Milleis du rond-point des Champs-Elysées ce mardi matin, vers 8h30, dans le VIIIe arrondissement de la capitale. Séquestrés, d'après les premiers témoignages,  jusqu'aux alentours de 12h, les employés du site n'ont pu prévenir la police qu'après le départ des braqueurs. La brigade de répression du banditisme a été saisie.

Aspergé de liquide corrosif

Arrivé aux alentours de 8H30, le groupe aurait quitté les lieux vers midi. Selon nos informations, l'un des auteurs à surpris un premier employé qui ouvrait l'agence et l'a forcé à y entrer en le menaçant d'une arme. Un second employé a également été pris au piège, attaché puis aspergé d'un liquide corrosif dont on ne connaît pas la nature mais qui a décoloré ses vêtements. 


L'une des victimes serait le directeur de la banque. Selon nos informations, les braqueurs lui ont fait enfiler un gilet en affirmant qu'il contenait des explosifs. Ils lui ont ensuite enlevé avant de partir. 

Panneau travaux

Les braqueurs, qui ont agi le visage masqué, seraient au nombre de quatre. Trois d'entre eux seraient arrivés après le premier malfrat. Ils auraient utilisé de la mousse expansée pour neutraliser le système d'alarme et posé un panneau "travaux" pour faire croire que le bâtiment était fermé au public. 

Plusieurs coffres ouverts

Les braqueurs sont parvenus à neutraliser les systèmes d'alarme de l'agence. La salle des coffres a été ouverte et une soixantaine de coffres de clients ont été fracturés au pied de biche, sans que l'on connaisse pour l'heure le montant du préjudice. 


Vers 15h00, une demi-douzaine de véhicules des forces de l'ordre étaient encore garés sur les Champs-Élysées à proximité de la banque. Une fourgonnette siglée "Laboratoire central" était également stationnée devant l'entrée de l'agence gardée par des policiers. 


"On n'a rien entendu, rien vu. C'est quand les forces de l'ordre sont arrivées qu'on a su ce qu'il se passait. On nous a demandé de rester confinés dans le magasin, ça a duré deux heures et on a rouvert", a déclaré Pierre, vendeur dans un magasin situé face à l'agence, à l'AFP.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter