Bretagne : un jeune homme meurt en cellule de dégrisement au commissariat de Saint-Malo

Bretagne : un jeune homme meurt en cellule de dégrisement au commissariat de Saint-Malo

Police
DirectLCI
MORT SUSPECTE ? - Un jeune homme de 20 ans est décédé dans la soirée du samedi 9 février au commissariat de Saint Malo. Impliqué dans un accident de la route et alcoolisé, il avait été placé en cellule de dégrisement après avoir été ausculté par un médecin et jugé apte à la garde à vue. Une enquête est en cours.

Samedi 9 févier, les pompiers interviennent suite à un accident de voiture sur une route proche de Dinard, en Ille-et-Villaine. Un véhicule est dans le fossé. Au volant : un jeune homme de 20 ans, fortement alcoolisé, présentant "0.89 mg par litre d'air expiré" selon la procureure Christine Le Crom, soit 2.03 g d'alcool dans le sang - la limite légale étant de 0, 5 g. 


Ce dernier ne semble pas blessé et refuse de monter dans le camion des pompiers. C'est donc la police qui l'emmène au commissariat de Saint-Malo, où il est invité à attendre en cellule de dégrisement. Un médecin est appelé pour l'ausculter sur place et vérifier, comme pour toute garde à vue, que son état de santé est compatible avec un placement en cellule. Le praticien rend un avis favorable, il est alors 22h40.

Père et fils en cellule de dégrisement

Une patrouille de police retourne par la suite sur les lieux de l'accident pour réaliser les constatations et déterminer ce qu'il s'est passé. Une enquête classique jusque là, mais sur place, les policiers retrouvent le père du jeune homme qui "s'était enfui" après l'accident, selon la préfecture. Au volant d'un second véhicule, il est lui aussi, alcoolisé.


Le père rejoint donc son fils au commissariat pour être placé dans une cellule de dégrisement voisine. Peu après, le chef de poste perçoit que le fils est pris d'un malaise. Le Samu est dépêché sur les lieux mais ne peut que constater le décès vers 00h30.


L'IGPN, la police des polices, a été dépêché sur place au petit matin et une enquête ouverte pour déterminer les causes du décès. Les différents policiers en contact avec le jeune homme ont tous été auditionnés. "Il n'est en aucun cas question de violences policières, tient à souligner la procureure. L'enquête devra déterminer si il y a une quelconque responsabilité : si le médecin a commis une faute déontologique ou si la surveillance policière n'a pas été effectuée correctement."

Des résultats d'autopsie très attendus

Pour en savoir plus, il faudra attendre les résultats de l'autopsie réalisée ce lundi. "Il nous manque les résultats toxicologiques pour déterminer si le jeune homme était sous l'emprise de drogues notamment", précise Christine Le Crom, ainsi que les résultats de l'examen anatomo-pathologique. Il faudra se montrer patient, ces derniers ne seront pas disponibles avant "plusieurs semaines". 


Selon nos confrères de France 3, le père a de son côté porté plainte lundi pour mort suspecte. Lorsqu'il est entré au commissariat dans la nuit de samedi à dimanche, il aurait aperçu son fils, inerte. Malgré ses appels, le jeune homme n'aurait pas répondu. Ils étaient tous deux venus à Dinard pour participer à un tournoi de billard.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter