Charente-Maritime : un chirurgien accusé d'atteintes sexuelles et de viols sur mineurs, plus de 200 victimes potentielles

Police

PÉDO-CRIMINALITÉ - En Charente-Maritime, un chirurgien sexagénaire ayant exercé à Jonzac, mais aussi en Bretagne et en Touraine, est accusé de viols et d'atteintes sexuelles sur de jeunes patients mineurs. Dans des journaux intimes retrouvés chez le suspect, plus de 200 noms de victimes potentielles sont présents.

Il pourrait s'agir d'une des plus grandes affaires de pédo-criminalité révélées en France à ce jour. Lundi, La Charente Libre a mis en lumière les faits présumés d'un chirurgien ayant officié à l'hôpital de Jonzac, en Charente-Maritime, entre 2008 et 2017. Ce dernier, incarcéré depuis mai 2017 à la maison d'arrêt de Saintes à la suite d'une plainte pour viol sur une jeune fille de six ans, aurait raconté en détail les abus sexuels commis sur des enfants dans des journaux intimes tenus dans les années 1990, ainsi que des fantasmes. 

Dans ces journaux figureraient 200 noms d'enfants qui auraient potentiellement été victimes des agissements du médecin, aujourd'hui sexagénaire. Outre l'hôpital de Jonzac, l'accusé, spécialisé en chirurgie digestive, a exercé dans plusieurs établissements en France, notamment en Bretagne, à Vannes, Lorient et Quimperlé, ainsi qu'en Touraine. Dans son article, La Charente Libre indique que le "prédateur" aurait agressé sexuellement des mineurs, "parfois en phase de réveil" après des opérations.

Voir aussi

Déjà condamné en 2005

Déjà condamné en 2005 à Vannes pour détention d'images à caractère pédopornographique et condamné à quatre mois de prison avec sursis, le chirurgien "écrivait beaucoup", indique son avocat, Thibault Kurzawa, au média régional, qui précise qu'il ne s'agit pas pour autant d'aveux : "Il y a des noms qui sont donnés. Après, est-ce que cela correspond à des agressions ? On n’en sait rien. On ne peut pas dire qu’il y ait autant de victimes que de noms."

Francesca Satta, l'avocate des parents d'une victime, a également confié au journal le contenu des journaux intimes du suspect : "Vous ouvrez le cahier et vous le refermez aussitôt, dès la première page. C’est énorme de perversion. Il considère l’enfant comme un objet sexuel, comme s’il parlait d’une rencontre faite dans le quartier de Pigalle. Il n’y a pas de prise en considération de la personnalité des gens en face. C’est un récit où il relate les excitations qui sont les siennes." Cette dernière décrit un homme "à l’intelligence au-dessus de la moyenne" et le qualifie de "prédateur".

Lire aussi

Jusqu'à 250 victimes ?

La Charente Libre met également en avant des victimes potentielles qui se sont réunies sur les réseaux sociaux, cherchant à retrouver "toutes les personnes qui ont été entendues par la gendarmerie en lien avec cette affaire". "Selon la gendarmerie, on serait 250 à avoir été victimes de ce chirurgien", écrit un des membres du groupe sur les réseaux sociaux. En mars dernier, le médecin a été renvoyé devant la cour d'assises de Saintes pour deux faits de viols commis sur deux petites filles et trois atteintes sexuelles, notamment sur une jeune patiente. Pour ces faits, le procès pourrait avoir lieu l'année prochaine.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter