Deux détenus en cavale après leur évasion de la maison d'arrêt de Bourges

Deux détenus se sont évadés de la maison d'arrêt de Bourges dimanche 1er mars 2020.
Police

CAVALE - Deux hommes se sont enfuis de la maison d'arrêt de Bourges ce dimanche. Les détenus ont escaladé le grillage de la cour de promenade avant de franchir le mur d'enceinte de la prison. Ils sont depuis activement recherchés. Un troisième fuyard a, lui, été intercepté par les surveillants dans sa tentative.

Ils se sont évadés pendant la promenade matinale. Deux détenus se sont échappés ce dimanche 1er mars de la prison de Bourges et ont pris la fuite à bord d'une voiture qu'ils ont volée après en avoir fait sortir la conductrice, a indiqué le parquet. Activement recherchés, les deux fuyards, "âgés d'une trentaine d'années", ont été "condamnés par la cour d'appel de Bourges en janvier 2020 à six ans d'emprisonnement pour des faits de vol aggravé et association de malfaiteurs".

Les faits se sont déroulés ce dimanche aux alentours de 10h. Trois détenus "qui se trouvaient en promenade sont parvenus à escalader le grillage de la cour de promenade et à monter sur les toits d'un bâtiment de l'établissement". "Ils sont ensuite arrivés, en passant par les toits, jusqu'au mur d'enceinte que deux d'entre eux sont parvenus à escalader avant de se glisser à l'extérieur au moyen d'une corde artisanale", a détaillé le procureur de la République de Bourges Joël Garrigue. 

Le troisième fuyard intercepté

"Le troisième individu a été intercepté par les surveillants avant qu'il ne parvienne au sommet du mur d'enceinte. L'ensemble des moyens de la police et de la gendarmerie nationale sont mobilisés pour les retrouver le plus rapidement possible", a précisé le parquet. Un dispositif a été mis en place avec un hélicoptère survolant la zone de Bourges, raconte France Bleu.

En vidéo

ARCHIVE - Enquête sur les étonnantes "prisons ouvertes" danoises

La porte-parole du ministère de la Justice Agnès Thibault-Lecuivre a précisé à l'AFP que la garde des Sceaux Nicole Belloubet avait décidé "de saisir l'inspection générale de la justice de ces faits pour faire la lumière sur d'éventuels dysfonctionnements".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent