Comment la France tente d'empêcher les migrants de traverser la Manche en "small boat"

Tous les jours, des agents de la police de l'air et des frontières surveillent le passage entre Calais et Douvres (Angleterre), à la recherche d'embarcations de migrants. Nous avons pu les suivre.

REPORTAGE - Depuis plus d'un an, les migrants tentent de traverser la Manche vers l'Angleterre depuis Calais en petits bateaux pneumatiques. Pour à la fois lutter contre ces passages illégaux et venir en aide aux passagers en perdition au milieu de la mer, les patrouilles s'intensifient sur la terre et dans les airs.

L'Angleterre, ils en rêvent et sont prêts à tout, parfois au péril de leur vie. Après avoir parcouru de nombreux pays, à pied, en train ou en camion, des femmes, des enfants, des hommes, parfois des familles entières, attendent de longues semaines, voire des mois, dans des camps de fortune installés près de Calais. Quand les passeurs leur en donnent l'ordre, ils embarquent clandestinement sur des "small boats", de petits bateaux pneumatiques, pour traverser la Manche.

 Alors la police veille, patrouille. Dans les airs, sur la terre, à travers les dunes de sable et les plages, en moto et avec des drones, les forces de l'ordre -policiers et gendarmes- tentent d'empêcher ces traversées et viennent en aide aux migrants déjà embarqués mais qui se retrouvent à la dérive au milieu de la mer.

Toute l'info sur

Le 20h

Lire aussi

Depuis le démantèlement de la jungle de Calais, en fin 2016, les moyens alloués aux forces de l'ordre ont été augmentés. Dans les airs, la Police de l'Air et des Frontières surveille les côtes. Sur la mer,  la gendarmerie, armée de jumelles et de radars, tente de repérer les embarcations de fortune. Sur la terre ferme, des policiers patrouillent à pied et quadrillent les dunes et les plages à la recherche de campements tandis que des militaires à moto arpentent également les plages. Des drones surveillant les plages par les airs complètent le dispositif. 

"Nous sommes est sur une 'méditerranéisation' du phénomène. La Manche s'adapte aux techniques utilisées en Méditerranée notamment en Libye ou au large de la Grèce", analyse un policier. En tout, ce sont des centaines de policiers et gendarmes qui sont mobilisés chaque jour pour tenter de contrer ces traversées et secourir les migrants à la dérive. Mais est-ce suffisant ? 

Le prix du moteur d'un bateau équivaut au prix d'une traversée par personne

Les réseaux de trafic mafieux se sont installés sur les côtes françaises pour organiser et planifier les traversées, tout en recrutant les passeurs. Pour pouvoir traverser à tout moment, ils cachent leur matériel près des plages, souvent derrière des feuillages. Là, ils stockent des bidons d'essence, des moteurs parfois, ou encore des dizaines de gilets de sauvetage. Depuis janvier dernier, "au tribunal judiciaire de Boulogne-sur-Mer, quatre filières relatives à des passages maritimes ont été démantelées par la BMR (Brigade mobile de recherche de la police aux frontières) de Coquelles, correspondant à sept personnes condamnées", indique le parquet à l'AFP. 

Lorsque les gendarmes le découvre, ils stockent ce matériel saisi dans leurs locaux. Ils estiment que pour équiper un bateau pour une traversée, il faut entre 3.000 et 4.000 euros, soit le tarif demandé à une personne pour rejoindre l'Angleterre. Autant dire que le trafic d'être humain est extrêmement lucratif pour ces réseaux. Depuis le début de l'année, environ 3.700 migrants ont réussi à traverser la Manche. Un millier a été secouru par les autorités en pleine mer.

Le taux de réussite des traversées est entre 60 et 70% - François Guennoc, vice-président de l'Auberge des Migrants

Depuis le 1er janvier, la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord a ainsi comptabilisé 342 tentatives ou traversées impliquant 4.192 migrants, contre 203 tentatives ou traversées impliquant 2.294 migrants sur l'ensemble de 2019. Un millier a été secouru par les autorités en pleine mer. François Guennoc, vice-président de l’Auberge des migrants, une association qui viennent en aide aux migrants, estime que "le taux de réussite des traversées est entre 60 et 70%".   

La préfecture du Pas-de-Calais affiche, de son côté, auprès de l'AFP, d'autres résultats : "De janvier à juillet 2020, les traversées empêchées et les interpellations de migrants ont été multipliées par plus de 5, par rapport à la même période en 2019. Pour juillet 2020, nous avons empêché 10 fois plus de traversées qu'en juillet 2019 et 4 fois plus d'embarcations et de matériels ont été découverts dans les dunes".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Jackpot record de l'Euromillions : ces gagnants pour qui la chance a (très mal) tourné

11% des Français déjà infectés par le Covid-19 : quelles sont les régions les plus touchées ?

CARTE - Covid-19 : à quel stade en est l'épidémie, département par département ?

EN DIRECT - Loi "Sécurité globale" : 52.350 manifestants en France dont 5.000 à Paris, selon l'Intérieur

"Jean Moulin était un scientifique" : les perles du test de culture G des candidates à Miss France

Lire et commenter