Coronavirus : inquiets, les policiers exigent des "masques" et des "fiches réflexes" en urgence

Coronavirus : inquiets, les policiers exigent des "masques" et des "fiches réflexes" en urgence

ÉPIDÉMIE – Le syndicat Alliance Police Nationale demande ce vendredi dans un communiqué à l’administration d’équiper au plus vite les fonctionnaires de police de masques de protection et de leur donner les consignes à suivre en cas de doute de cas de Covid-19. Les policiers pourraient exercer leur droit de retrait si des mesures ne sont pas prises.

Un cas dans le 13e arrondissement et deux dans le 16 arrondissement de Paris, un autre à Noisy-Le-Grand en Seine-Saint-Denis. Cette semaine, plusieurs confinements ont été nécessaires temporairement dans des commissariats après des suspicions de cas de covid-19. Fausse alerte à chaque fois heureusement, les tests se sont révélés négatifs. 

Reste que, dans les rangs de la police, l’inquiétude grandit face à une hausse des cas de coronavirus et à une épidémie qui pourrait se propager en France. "Les personnels hospitaliers sont prioritaires. Ils sont particulièrement exposés, bien sûr, mais les policiers aussi sont eux aussi pour beaucoup directement concernés. Ils sont en contact direct avec la population et parfois dans des lieux sensibles en ce moment comme la police aux frontières dans les aéroports et aux gares de péages, arrivées maritimes. Certains des fonctionnaires sont potentiellement très exposés", confie Stanislas Gaudon, secrétaire national du syndicat Alliance Police, à LCI. 

Ce vendredi donc, son syndicat a demandé au ministère de l’Intérieur que des mesures d’urgence soient appliquées rapidement, en l’espèce, que l’administration fournisse à "chaque policier" des "masques de protection" et des "fiches réflexes éditées par la médecine de prévention".

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

Lire aussi

Droit de retrait

Mercredi dernier, un comité technique ministériel entre administration et représentants syndicaux de la police a eu lieu. "Nous voulions faire un point sur la situation et savoir ce qui était prévu. Comment un policier doit-il réagir quand une personne devant lui a l’air mal, qu’elle tousse beaucoup, qu’elle présente les symptômes de ce virus ? Et bien les fonctionnaires ne savent pas vraiment. Nous voulions également revendiquer la fourniture d’équipements. Les rares masques dont disposent les policiers aujourd’hui sont des masques qui date du virus H1N1, c’est dire", ironise Stanislas Gaudon. 

Si l’administration ne répond pas favorablement à la demande, le syndicat Alliance prévient qu’il sensibilisera "tous ses collègues à ne prendre aucun risque de contamination en exerçant leur droit de retrait". 

Un peu plus tôt cette semaine, le syndicat SGP-FO s'inquiétait déjà de savoir si les fonctionnaires, après l'alerte au commissariat du 13e arrondissement de Paris et face à une situation évolutive, avaient reçu les informations nécessaires. 

Selon le syndicat Alliance, aucun "équipement ou fiche réflexe" n'était encore arrivé dans les locaux de la police ce vendredi. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon une revue médicale

Producteur tabassé par des policiers à Paris : que s'est-il passé ?

Ce qu'il sera possible (ou non) de pratiquer dans les stations de ski pendant les vacances de Noël

EN DIRECT - Tests Covid : un tarif dégressif proposé aux laboratoires en fonction de la vitesse de rendu des résultats

"Un chagrin presque insupportable" : Meghan Markle évoque sa fausse couche dans une poignante tribune

Lire et commenter