"Rentrez chez vous tout de suite" : au mégaphone, les forces de l'ordre font respecter les consignes

"Rentrez chez vous tout de suite" : au mégaphone, les forces de l'ordre font respecter les consignes

CONFINEMENT - Depuis ce mardi midi, la population est tenue de limiter au strict minimum ses déplacements pour éviter la propagation du coronavirus Covid-19. Sans respect des consignes, il y aura des sanctions, et certains n'hésitent pas à le faire savoir... à voix haute.

Il y a eu l'allocution d'Emmanuel Macron, les précisions de Christophe Castaner, la publication du décret au journal officiel. Il est temps maintenant pour les forces de l'ordre de passer à l'action. Depuis midi, ce mardi 17 mars, toute personne habitant sur le sol français est tenu de limiter ses déplacements au strict minimum et à l'essentiel : achat de nourriture, médecin, ou trajets vers son lieu de travail notamment. 

Et quand aller dehors est nécessaire, pas question d'échapper à la règle des 1 mètre de distance. Ainsi, ce jour dans le 18e arrondissement de Paris, les policiers ont eu recours au grand moyen avant de passer à l'étape verbalisation. Mégaphone à la main, une policière accompagnée par ses collègues crie en déambulant dans une rue du quartier, où les commerces de bouche sont nombreux. "Une personne à la fois dans la boutique, je veux voir un client à la fois. Point final", hurle la fonctionnaire devant une boucherie tandis que le commerçant demande à ses clientes de respecter "l'espace" (la distance des 1 mètre). 

Un peu plus loin, son collègue s'adresse aux passants: "On est là pour vous nous, respectez les consignes. C'est quoi le sens civique? Alors maintenant, vous gardez les 1 mètre de distance et vous sortez les attestations".  Une femme réfractaire qui fait son marché  s'indigne, notamment de la nécessité à présenter un papier quand on fait ses courses. La policière s'énerve : "Si vous n'êtes pas capable en tant que mère de famille et en tant qu'adulte de comprendre que ces mesures sont destinées à garantir votre sécurité et celle de votre enfant !". Agacée, la policière s'en va en lançant à plusieurs reprises : "Rentrez chez vous". Son interlocutrice, elle continue de crier, visiblement pas décidée à respecter les ordres. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

Pédagogie avant les sanctions

Dès lundi soir, les autorités avaient précisé que les premières heures d'application des nouvelles mesures se feraient avec pédagogie et indulgence. Mais très vite, les verbalisations devraient être dressées .  "Dans les rues de Paris, en Ile-de-France, et dans toute la France, aujourd'hui, on fait passer la consigne. La plupart des gens respectent d'ailleurs le confinement. Pas tous, évidemment. Demain, ceux qui ne le respecteront pas, qui abuseront, seront sanctionnés", indique-t-on chez les forces de l'ordre. 

Et de la non-verbalisation, on passera bientôt à 38 euros, puis, dans les prochaines heures, une fois le nouveau décret publié, à 135 euros. Pas moins de 100.000 policiers et gendarmes sont mobilisés pour faire respecter ces nouvelles règles pour éviter que ne se propage le coronavirus.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 9000 contaminations ces dernières 24 heures

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

"Koh-Lanta" : avant la finale, qui remporte le match des réseaux sociaux ?

CARTE - Confinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous dès le 28 novembre

"Cessons de dire des bêtises" : taxé de racisme après sa parodie d’Aya Nakamura, Omar Sy se défend

Lire et commenter