Paris : les cambrioleurs profitent du confinement et des départs en province

Paris : les cambrioleurs profitent du confinement et des départs en province
Police

SÉCURITÉ – Depuis le début du confinement le 17 mars, les cambriolages sont en hausse dans la capitale, mais en baisse dans les départements voisins, indique la préfecture de police de Paris. Les malfaiteurs profitent du départ en province de nombreux Parisiens.

Pour François, le cambriolage a été évité de justesse. "Je suis rentré chez moi, dans le 9e arrondissement, après le travail. En poussant la porte, j'ai entendu du bruit. Là, j'ai vu quelqu'un partir par la fenêtre du salon que j'avais fermée à l'espagnolette. La personne est descendue par la gouttière, et a filé. Je n'ai pas porté plainte car elle n'a rien pris. Mais maintenant, je suis super vigilant. Il y a beaucoup moins de monde dans l'immeuble, beaucoup des habitants ont quitté Paris". 

Un cas loin d'être isolé. Interrogée la semaine dernière puis ce mardi au sujet des cambriolages depuis le début du confinement le 17 mars, la préfecture de police de Paris (PP) confirme "une tendance à la hausse". "Intramuros, nous avons effectivement noté plus de vols ou de tentatives de vols dans les appartements. En petite couronne, la tendance est en revanche à la baisse", indique-t-on à la PP, sans vouloir donner de chiffres pour l'instant. 

Lire aussi

" Ma bague de diamants avait disparu"

Un policier confirme à LCI que les cambriolages dans la capitale sont en hausse depuis dix jours au moins. "Avant même le 17 mars à midi, date à laquelle les Français n'avaient plus le droit de sortir de chez eux sauf pour des raisons indispensables, des Parisiens ont quitté la capitale. Ça n'est pas passé inaperçu. Tous les journaux en ont parlé. On a vu des images à l’Île de Ré, Noirmoutier ou encore La Baule avec beaucoup plus de monde qu'à l'accoutumée en cette période de l'année. Les préfectures et les maires des villes concernées ont confirmé. Et à Paris, les malfrats ont vu des boîtes aux lettres déborder, ou des volets restés fermés. Une aubaine pour eux…". 

Jacqueline, qui vit à Garches, dans les Hauts-de-Seine, a été visitée jeudi dernier, alors même qu'elle était chez elle. Cette octogénaire vit en rez-de-jardin. "Je préparais un bœuf bourguignon dans la cuisine. Il faisait beau. J'avais peut-être laissé la fenêtre ouverte, raconte-t-elle à LCI. Quand je suis arrivée dans ma chambre, j'ai vu que quelqu'un était passé par là. J'ai cherché mes bijoux. Ma bague de diamants avait disparu". Un choc pour cette femme qui vit seule et qui depuis redoute d'autres intrusions à son domicile, de jour comme de nuit. Jacqueline a porté plainte et les policiers sont venus chez elle pour procéder aux constatations habituelles. "Je devais retourner au commissariat mais avec le coronavirus et les risques de croiser du monde, je ne l'ai pas fait. Normalement, ma plainte est tout de même enregistrée". 

"Etre vigilant à tout moment"

Les fonctionnaires de police le martèlent :"Il faut être vigilant à tout moment, que l'on soit chez soi ou pas. On ferme sa porte à clé même si on part acheter sa baguette de pain cinq minutes. On ne laisse aucun objet de valeur visible. On essaie de cacher aux mieux ses bijoux, on ferme ses fenêtres, la base quoi", rappelle un policier. 

Les domiciles des particuliers ne sont pas les seuls à être visés par les vols. "Tous les commerces sauf alimentaires sont fermés. Là encore, les voleurs savent qu'il y a des choses à prendre, pour les revendre sous le manteau", insiste un fonctionnaire. 

Le 28 mars, la préfecture de police annonçait sut Twitter avoir procédé à 11 interpellations  pour des cambriolages ou tentatives de cambriolage à Paris et en petite couronne. Hôtels, supérettes et bars tabac étaient visés.

Deux jours plus tard le 30 mars, elle indiquait que les policiers avaient à nouveau interpellé onze personnes à Paris et en petite couronne, là encore soupçonnées de vols… 

"Malheureusement, on peut être quasi certain que cette tendance à la hausse des vols et des tentatives, car il y a aussi des interpellations et il faut le rappeler, va se poursuivre à Paris. Nous avons le même phénomène que pendant les grandes vacances", reconnait un fonctionnaire. 

Quant à la préfecture de police de Paris, elle communiquera dit-elle peut-être des chiffres sur les cambriolages et les tentatives, mais pas avant la fin du confinement. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

La progression du Covid-19 dans le mondeCes indicateurs qui incitent à l'optimisme en France

Ce mercredi 1er avril, la préfecture de police tient à préciser "qu'en comparaison avec mars 2019, le mois de mars 2020 (sur les quatre semaines) enregistre toutefois une  baisse de 80% des cambriolages en moyenne sur la zone PP (Paris, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne)". Pour ce qui est des locaux commerciaux, la PP relève "une stagnation ou un maintien des chiffres des cambriolages sur la même période" en petite couronne. 

"Ces chiffres ne sont toutefois pas consolidés, nuance-t-on à la préfecture de police de Paris. Certaines plaintes risquent de parvenir après le confinement, qu'il s'agisse de Parisiens ayant quitté la capitale ou de commerçants qui n'auraient pas encore constaté les infractions".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent