Paris : victimes d'agressions, les soignants de l'hôpital Lariboisière désormais escortés

Paris : victimes d'agressions, les soignants de l'hôpital Lariboisière désormais escortés
Police

SÉCURITÉ - Des soignants de l'hôpital Lariboisière, à Paris, ont été plusieurs fois victimes d'agressions verbales ou physiques en se rendant sur leur lieu de travail. Pour faire face à ces violences, ils sont depuis le début de la semaine escortés en soirée par des agents de sécurité.

Ils ont été identifiés par les habitants comme les passants. Et visiblement, certains leur en veulent. Depuis l'arrivée du Covid-19 en France et la mise en place du confinement le 17 mars, plusieurs soignants de l'hôpital Lariboisière, situé 2 rue Ambroise Paré, dans le 10e arrondissement de Paris, entre la station de métro Barbès-Rochechouart et la gare du Nord, ont été agressés. 

Selon les victimes, les violences ont été aussi bien physiques que verbales et les raisons sont, semble-t-il, diverses. Demande d'argent un peu trop insistante avec des gestes menaçants, tentatives de vol, insultes... "Avec le confinement, il y a beaucoup moins de monde de fait dans la rue. On nous voit passer chaque jour par le même chemin, on sait où on va, on sait qui on est. Ceux qui ont décidé de s'en prendre à nous savent très bien où nous trouver", déplore un soignant dont plusieurs collègues se sont plaints d'agressions.

Lire aussi

Sous escorte du métro à l'hôpital

Des riverains n'ont pas hésité à filmer la rue, montrant notamment les abords de la salle de shoot qui se trouve tout près de l'hôpital, où des tentatives de vol ont eu lieu. "On pointe du doigt la salle de shoot, mais ils n'y a pas que les toxicomanes qui font ça", nuance néanmoins une habitante du quartier.

Pour faire face à ce nouveau fléau, l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) a mis en place de nouveaux moyens. Depuis plusieurs jours maintenant, les personnels de santé qui oeuvrent sur le site sont ainsi escortés en soirée - de 18 heures à 22 heures précisément- par des agents de sécurité, entre la gare du Nord ou le métro Barbès et l'hôpital. Une initiative saluée par la marie du 10e arrondissement, Alexandra Cordebard.

"Les forces de l'ordre sont également présentes aux abords du site", nous indique en outre une source policière.

D'autres menaces, à Paris ou ailleurs

Si le phénomène qui survient autour de l'hôpital Lariboisière à Paris semble spécifique, d'autres soignants, dans la capitale et d'autres villes de France, comme Metz ou Toulouse, sont également la cible d'agressions. Vols de masques et de gants dans les véhicules après avoir brisé les vitres, mots anonymes ou signés demandant à ce qu'ils déménagent pour ne pas contaminer les voisins, les exemples ne manquent pas malheureusement. 

Lire aussi

En vidéo

Coronavirus : des soignants pris pour cible

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Des pays sont-ils aujourd'hui confrontés à une deuxième vague de l'épidémie ?La progression du Covid-19 dans le monde

A noter cependant que s'agissant des vols et tentatives de vol, les forces de l'ordre ont déjà procédé à plusieurs interpellations depuis la mi-mars et la mise en place du confinement.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent