Coups de feu dans un bar à Toulouse : un mort et deux blessés

Police
DirectLCI
FAIT DIVERS - Des coups de feu ont été tirés en direction d'un un bar à Toulouse lundi après-midi. Le bilan est lourd : un mort et deux blessés dont un grave. Les auteurs des coups de feu auraient pris la fuite sur un deux-roues.

Les coups de feu ont retenti vers 17 heures dans le quartier sensible de la Faourette à Toulouse (Haute-Garonne). Un homme a été tué et deux autres blessés dont un grièvement après avoir essuyé des coups de feu dans un bar lundi après-midi.  


Selon nos informations, deux personnes circulant en deux-roues ont ouvert le feu sur la terrasse du bar le Papus où se trouvaient des clients. "Ils ont poursuivi l'une des trois victimes à l'intérieur de l'établissement", a indiqué le parquet de Toulouse à l'AFP. L'homme tué est âgé de 35 ans. Un second individu âgée de 40 ans se trouve dans un état grave. Il a été opéré  durant de longues heures lundi soir. Les chirurgiens vasculaires ont extrait trois balles de son abdomen, précise La Dépêche du Midi. 


Le SRPJ de Toulouse a été saisi pour assassinat et tentative d'assassinat.  La piste du règlement de comptes est privilégiée, indique une source à LCI. Un périmètre de sécurité avait été mis en place lundi après-midi par la police près du bar, à quelques dizaines de mètres seulement d'une école et d'un jardin d'enfants, situé dans le grand ensemble du Mirail.

"Mauvais endroit mauvais moment" ?

La victime "habitait La Faourette, c'était quelqu'un de carré, il se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment",  a témoigné un habitant à l'AFP. "Il vivait avec sa mère, c'était quelqu'un de bien", a expliqué un autre témoin. "Je connais très bien ses frères", a renchéri un autre habitant d'une trentaine d'années. Lui et ses frères "ne baignent pas dans ce milieu-là (de la drogue, ndlr). Ce n'est pas une question de quartier, de territoire, ici on n'est pas à Marseille on est à Toulouse", a-t-il fustigé.


Selon une source policière citée par France 3, la victime était "défavorablement connue des services de police". Le quartier en cours de réhabilitation se trouve à proximité de la cité sensible de Bagatelle, en périphérie du grand ensemble du Mirail où trente policiers de la PSQ (police de sécurité du quotidien) ont été récemment déployés sur fond de trafic de stupéfiants.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter