Croche-pied à une manifestante, tir de LBD à bout portant... Castaner et Philippe sermonnent les forces de l'ordre

Les violences policières ont-elles augmenté depuis un an ?
Police

SÉCURITÉ - Lors de ses vœux à la police nationale, Christophe Castaner en a appelé à l'exemplarité et à "l'éthique" des forces de l'ordre après la vidéo virale d'un policier faisant chuter brutalement une manifestante à Toulouse. Dimanche, le Premier ministre Edouard Philippe avait déploré une attitude "inacceptable".

La vidéo est devenue virale. La scène a eu lieu le 9 janvier dernier à Toulouse. Lors de la manifestation contre la réforme des retraites, un policier a été filmé en train de faire chuter volontairement une manifestante. Sur les images, relayées par  Djemadine, un vidéaste amateur qui suit régulièrement les Gilets jaunes, on voit la jeune femme être poussée par l'un des fonctionnaires en intervention. Alors qu'elle perd l'équilibre, un autre membre lui fait un croche-pied qui la précipite au sol. 

Cette séquence, qui intervient après plusieurs affaires récentes de violences policière dont le décès de Cédric Chouviat, le livreur mort à Paris après un contrôle routier controversé, a provoqué une vive indignation sur les réseaux sociaux. "Mais comment peut-on tolérer un tel geste de la part d'un fonctionnaire ?", s'est étonné Alexis Corbière, député de la France insoumise. "Ce policier se déshonore et fait honte à toute conception républicaine de la police... Sera-t-il sanctionné ?"

Réagissant à cette vidéo virale, où l'on voit donc un membre des forces de l'ordre faire volontairement tomber une manifestante, Édouard Philippe a considéré que l'acte du policier était "inacceptable". "Quand il y a un usage disproportionné de la force, quand on ne respecte pas les règles d'engagement, alors il doit y avoir enquête. Il doit y avoir sanction, le cas échéant", a fait prévaloir le Premier ministre, invité du JT de 20h de France 2 dimanche. Le tout en réaffirmant son soutien aux forces de l'ordre, qui se font "insulter, cracher dessus, balancer des pavés", dans "leur mission (...) incroyablement difficile, parce qu'elle est incroyablement importante". Selon lui, "il faut parfois utiliser la force pour ramener l'ordre et il ne faut pas en avoir peur". 

Voir aussi

On ne fait pas de croche-pied à l'éthique- Christophe CASTANER, ministre de l'Intérieur

Lors de ses vœux à la police nationale, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner est lui aussi revenu, sans le citer, à cet incident. "C'est l'honneur de la police qui est en jeu, on ne fait pas de croche-pied à l'éthique, sauf à s'abaisser, à abaisser la police", a sermonné le "premier flic de France", rappelant les forces de l'ordre au devoir d'"exemplarité" et à leur "éthique". 

Être policier ou gendarme, "c'est faire preuve, toujours, de discernement. C'est dompter ses sentiments, se maîtriser, analyser et agir avec mesure et proportionnalité", a-t-il ajouté. "L'usage juste et proportionné de la force est ce qui sépare la démocratie de l'arbitraire, ce qui distingue l'ordre et la brutalité, c'est le fondement, aussi, de notre confiance avec les Français", a déclaré le ministre, une allusion au mouvement des Gilets jaunes et aux récentes accusations de violences policières qui secouent la police, comme le tir de LBD effectué à bout portant à Paris le 9 janvier dernier, et pour lequel une enquête a été ouverte. Ce même jour, une autre vidéo sur laquelle on pouvait voir une syndicaliste de la RATP recevoir des coups de matraque alors qu'elle tenait ramasser son téléphone, avait également été largement relayée sur les réseaux sociaux. Le parquet de Paris a d'ailleurs annoncé ce lundi avoir ouvert une enquête.  

En vidéo

Enquête ouverte après un tir de LBD à bout portant lors de la manifestation du 9 janvier

Samedi déjà, lors du lancement d'une "conférence citoyenne" centrée sur les rapports entre les forces de l'ordre et la population place Beauvau, Christophe Castaner avait appelé policiers et gendarmes sous sa tutelle à un usage "proportionné et maîtrisé", "jamais excessif, encore moins gratuit" de la force. "Il en va de l'honneur de la police", avait-il assuré. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent