Des mortiers d'artifice utilisés comme arme contre la police, des produits dangereux mais facilement accessibles

Des mortiers d'artifice utilisés comme arme contre la police, des produits dangereux mais facilement accessibles
Police

ENQUÊTE - C'est une arme populaire chez certains jeunes habitants des cités sensibles, quand ils ont maille à partir avec les forces de l'ordre : le mortier. Habituellement utilisé lors des feux d'artifice, il peut causer d'importants dégâts.

Depuis plusieurs mois, la tension est palpable entre les forces de l'ordre et certains jeunes habitants de quartiers défavorisés, notamment en région parisienne. Dans ces affrontements avec les forces de l'ordre, une nouvelle arme prend une part grandissante : le mortier. Long tube contenant une charge explosive pouvant atteindre 80 km/h au départ et atteindre une distance de plusieurs dizaines de mètres, le mortier est à l'origine utilisé dans les feux d'artifice mais a vu son utilisation détournée depuis quelques semaines.

Lors d'un guet-apens tendu à des policiers le 15 juillet dernier dans le XVIIIe arrondissement de Paris, plusieurs d’entre eux ont été blessés. "Vous avez l’impression d’être un peu au tir au pigeon, exactement comme si vous étiez agressés par une arme à feu. C’est quelque chose de violent, brutal, dangereux", explique Emmanuelle Oster, commissaire divisionnaire dans le XVIIIe arrondissement de Paris, elle-même victime de ces tirs. 

Lire aussi

Cela arrivait sur nos fenêtres, c’était traumatisant.- Une habitante d'un quartier du XIIIe arrondissement de Paris.

Toute l'info sur

Le 20h

Dans un quartier du XIIIe arrondissement de Paris, une habitante, qui a voulu garder l'anonymat, témoigne de la violence des tirs de mortiers : "Cela arrivait sur nos fenêtres, c’était traumatisant. Mon fils est suivi par un psychologue, c’est très compliqué." Utilisés comme armes contre les forces de l'ordre, les mortiers ont également été utilisés en lieux clos, comme dans un RER où le mortier était tiré entre les voyageurs.

Pour Thibaut Prévot, artificier de métier, c'est un miracle que personne n'ait été blessé dans le RER. Avec ces tirs de mortiers , "il y a des risques de brûlures, de brûlures chimiques pour les personnes, et risques d’incendies sur les tissus, les biens et les objets", explique-t-il à TF1. Très dangereux donc, mais pourtant en vente libre. Pour les fusées montant jusqu’à 30 mètres, il suffit seulement d’avoir 18 ans. Des produits disponibles à des prix réduits, neuf euros les six, alors qu'aucun justificatif d’identité n’est demandé. Face aux dangers des mortiers, les policiers demandent un renforcement de la réglementation.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent