Disparition de Sophie Le Tan : ce que l'on sait sur le 2e ADN féminin retrouvé dans la baignoire de Jean-Marc Reiser

Disparition de Sophie Le Tan : ce que l'on sait sur le 2e ADN féminin retrouvé dans la baignoire de Jean-Marc Reiser

ENQUÊTE - Un deuxième ADN féminin a été retrouvé au domicile de Jean-Marc Reiser, soupçonné d'avoir assassiné Sophie Le Tan, une jeune étudiante disparu le 7 septembre. Ce vendredi, cet ADN était toujours en cours d'analyse.

Quelle est l'identité du 2e ADN féminin retrouvé au domicile de Jean-Marc Reiser, le principal suspect dans la disparition de Sophie Le Tan ? La question est toujours en suspens ce vendredi.  Une victime potentielle ou une trace sans importance ? 

Jean-Marc Reiser, 58 ans a été mis en examen pour "assassinat, enlèvement et séquestration" à Strasbourg, plus de dix jours après la disparition de Sophie Le Tan, une jeune femme de 20 ans toujours introuvable. Lors de l'analyse de son appartement,  ceux ci ont découvert une trace de sang de Sophie Le Tan dans la baignoire du suspect. Le second ADN a également été découvert dans cette baignoire. Selon nos informations, il n'est en revanche pas possible - à ce jour - d'affirmer qu'il s'agit d'une autre tache de sang. 

La police judiciaire de Strasbourg travaille désormais avec l'OCRVP, l'office central pour la répression des violences aux personnes, chargé de regarder dans la région ou ailleurs tous les dossiers de disparition correspondant aux profils des victimes, des étudiantes. 

Selon nos informations, Jean-Marc Reiser n'a pas  été interrogé  sur ce second ADN lors de sa garde à vue.

Toute l'info sur

L'affaire Sophie Le Tan

Lire aussi

La perquisition effectuée dans l'appartement du suspect à Schiltigheim a révélé "l'existence de traces de sang, malgré manifestement un nettoyage en profondeur et très récent des lieux", dont l'ADN a été "attribué à Sophie Le Tan", l'étudiante de 20 ans qui n'a toujours pas été retrouvée, avait déclaré mardi le procureur de la République à Strasbourg, Yolande Renzi, lors d'une conférence de presse.

"Les attirer sur son territoire de chasse"

Selon le directeur régional de la police judiciaire du Grand Est, Christophe Allain, Jean-Marc Reiser avait déjà tenté d'attirer deux autres jeunes filles "dans un piège fatal" à l'aide d'annonces immobilières passées sur internet. "Pour ne pas se faire remarquer, il restait très flou sur la localisation de l'appartement. Le seul but était de les attirer sur son territoire de chasse", utilisant "des moyens de téléphonie permettant de garantir l'anonymat", a-t-il détaillé, évoquant "un profil compliqué".

Sophie Le Tan a disparu le 7 septembre dernier. Elle avait rendez-vous en début de matinée pour visiter un appartement à Schiltigheim. Le suspect avait été condamné en mai 2003 en appel à 15 ans de réclusion criminelle pour deux viols, dont un aggravé sous la menace d'une arme, en 1995 et en 1996. Et avait été acquitté en 2001 dans une autre affaire de disparition. Une jeune femme de 23 ans disparu à Strasbourg et qui n'a jamais été retrouvée. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : quarantaine obligatoire pour les voyageurs venant du Brésil, d'Argentine, du Chili et d'Afrique du Sud

Un rassemblement devant le ministère de la Santé pour dénoncer les suicides de cinq internes en médecine

L'image de la cérémonie : la reine Elizabeth II se recueille devant le cercueil de son mari Philip

Une troisième dose de Pfizer "probablement" nécessaire : la mise au point de Gérald Kierzek

Funérailles du prince Philip : William et Harry se sont-ils réconciliés ?

Lire et commenter