Affaire Sophie Le Tan : la jeune Nigériane hébergée par Jean-Marc Reiser a été retrouvée

Police

Toute L'info sur

La disparition de Sophie Le Tan

FAITS DIVERS - Au mois de mai dernier, une étudiante nigériane avait été hébergée par Jean-Marc Reiser, mis en examen dans le cadre de l’enquête sur la disparition de Sophie Le Tan. Elle n’avait plus donné signe de vie depuis quatre mois. Mais elle vient de refaire surface.

Une part de l’épais mystère entourant Jean-Marc Reiser, suspect numéro un dans l’affaire Sophie Le Tan et mutique face aux policiers, est peut-être en passe de se dissiper. En marge de la disparition de l’étudiante en économie de 20 ans le 7 septembre à Schiltigheim, dans la banlieue de Strasbourg, qui a abouti à la mise en examen de l’homme de 58 ans, un autre cas a attiré l’attention des enquêteurs. Celui d’une étudiante nigériane qui avait été hébergée par Jean-Marc Reiser au mois de mai dernier, mais que personne n’avait revue depuis. L’AFP révèle que la jeune femme, se sachant recherchée, a contacté elle-même l’ambassade de France au Nigeria, où elle est retournée vivre.

"Une jeune femme noire affolée et en pleurs"

C’est un voisin direct de Jean-Marc Reiser qui a confié avoir dû héberger durant deux jours une des amies du suspect, "Betty, une jeune femme noire affolée et en pleurs", selon les termes cités par les Dernières Nouvelles d’Alsace. Le Parisien précise que la jeune fille s’était retrouvée quelques jours dans l’appartement du suspect parce que celui-ci était en charge de l’accueil des étudiants étrangers, en tant qu’ancien cadre des œuvres universitaires.  "Elle était paniquée et affolée. Elle avait visiblement peur", a dit une voisine de palier au quotidien francilien.

Lire aussi

La jeune femme avait laissé des documents chez son hôte, qu’elle n’avait pas récupérés. Désormais, les enquêteurs tentent notamment de déterminer si la seconde trace d’ADN retrouvée dans l’appartement de Jean-Marc Reiser, en plus de celui de Sophie Le Tan, correspond à celui de l’étudiante nigériane. Des analyses complémentaires sont en cours.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter